Accueil (Editorial)        Qui est Hubertelie?        Plan du site        Vidéos        Livres PDF        Télécharger le site

Mon enfer dans la Maison de l'Enfance de Stenay

Ce qui fût caché dans la terrible affaire de Jean-Michel Dormoy.
Le témoignage d'un fils arraché à ses parents par les services sociaux


Sommaire:

Voir aussi:

Première partie: précisions très importantes de la part du père

En mars 2011, l'année de l'enlèvement de mon fils (à l'âge de 15 ans) avec sa soeur (de 10 ans, qui est encore en détention 6 ans après) par les services sociaux de la Meuse, et même encore un an après sa "libération" (en 2012), à l'époque donc où mon fils vivait l'enfer qu'il me racontait et que je l'ai aidé à consigner dans ce document, il était encore lui-même. Bien moins un an après (car le lavage de cerveau, la destruction psychique, la reprogrammation, le contrôle mental, etc., a déjà fait son effet) mais le texte qui va suivre était son témoignage. Mais maintenant, les conséquences du placement et de ce qui a été fait et est encore fait sur son esprit (il y a ce qui est visible, mais surtout ce qui est invisible, car on parle d'individus de nature diabolique, démoniaque, satanique, qui font cela à leurs victimes), il n'est plus lui-même, et donc ce témoignage n'est plus le sien, mais le mien. Je parle donc de ce que mon fils a subi, comme je parlerai aussi de ce que ma fille subit, de ce que ma femme subit.

Personnalellement, je suis encore moi-même (je pense), et je peux encore témoigner pour moi même des réalités les plus sombres de ce monde que je subis, et qui ont pour but de faire de moi ce qui a été fait pour des millions de gens (voir "Harcèlement en réseau et Vampirisme"). Tant que je serai encore moi-même, je témoignerai toujours, je dirai ce que je sais être la vérité.

Mais quand, hélas, ces démons en chair et en os, ces diables, ces satanistes et ces sataniques, ont psychiquement vampirisé une victime, quand sa conscience a été vampirisée et a été remplacée par une conscience (ou plutôt par une inconscience) qui n'est plus la sienne, quand donc la victime n'est plus elle-même, quand elle est en état de possession ou de contrôle mental (partiel ou total), alors c'est un devoir de témoigner pour elle, de ce qui lui est arrivé. Tant que je suis encore moi-même, c'est donc un devoir pour moi de témoigner pour mon fils, pour les miens. C'est le contraire qui aurait été anormal.

J'ai donc dans les deux sous-titres qui suivront cette première partie laissé le témoignage de mon fils, tel que nous l'avons écrit ensemble il y a 5 ans, en faisant les recherches et les enquêtes nécessaires pour vérifier les éléments de son témoignage et de son expérience vécue, qui devraient l'être. Comme par exemple l'affaire Jean-Michel Dormoy, un homme qui le 27 juin 2011 (4 mois après le placement de mon fils à la Maison de l'Enfance de Stenay) a sauvagement massacré sa femme, grièvement blessé l'un de ses enfants, avant d'aller se noyer dans le fleuve La Meuse qui donne son nom au département. Le genre de choses courantes (de plus en plus courantes d'ailleurs) habituellement qualifiés de "faits divers", mais qui ne sont jamais si "divers" que cela! Il faut définitivement bannir du vocabulaire les mots comme "hasard", "coïncidence", etc. Il y a toujours un sens caché derrière chaque chose, jusqu'aux plus "insignifiantes" en apparence. Il n'y a que des sens ou des logiques que l'on ne connait pas ou que l'on ne comprend pas. Mais il y en a toujours!

Et derrière les "faits divers" dramatiques (surtout si elles défient l'entendement comme ce qui concerne Jean-Michel Dormoy) il y a tout simplement les réalités les plus sombres, les plus ténébreuses et les plus démoniaques du monde, donc forcément les plus cachées ou les plus niées! Il y en a eu des faits comme cela avant l'affaire Jean-Michel Dormoy, et il y en a de plus en plus encore depuis, une infinité dont les médias ont parlé, comme par exemple l'affaire Fiona qui a fait beaucoup de bruit. Et le bruit quant il est fait ne veut pas forcément dire que toute la vérité est dite, et d'ailleurs le bruit est souvent fait pour détourner les attentions ailleurs, pour cacher la vraie vérité, la réalité des choses. C'est le cas justement de cette affaire Jean-Michel Dormoy.

Il fut présenté dans les médias mais aussi par le procureur Yves Le Clair comme un vague "ouvrier" ou quelqu'un qui venait de trouver un boulot à quelque kilomètres du lieu de son habitation, et qui a posé un acte pour lequel "il n'y a aucune explication", et l'affaire est classée. Mais il se trouve que Jean-Michel Dormoy n'était pas un "ouvrier" quelconque, il était éducateur à la Maison de l'Enfance de Stenay, là où était donc placé mon fils, qui l'a bien connu! Pourquoi ne pas dire son statut exact? Pourquoi l'institution de placement d'enfants (ou plutôt d'enlèvement d'enfants, pour ce qui est de mes enfants et des plus de 50% des placements injustifiés, chiffres officiellement reconnus, les autorités n'osent même plus le nier), et au-delà d'elle toute l'institution judiciaire incarnée par le procureur, ne veulent pas qu'on rattache ce "fait divers" à elle?

Mr Dormoy, justement parce qu'il était "gentil" (ce qui faisait qu'on ne comprenait son geste), n'avait pas assez d'autorité pour maîtriser certains enfants qui sont soit des démons soit possédés (c'est toujours le même problème). Il habitait à Inor, à 8 kilomètres au nord de Stenay, et il était un conseiller municipal dans cette commune. Là aussi pourquoi ne pas le dire? Dans cette affaire comme les autres, ce qui est dit n'est en fait que la partie visible de l'iceberg, et le pire est ce qui n'est pas dit, et c'est la partie immergée. Combien de disparitions ou de "faits divers" dont on parle (et plus encore dont on ne parle pas) cachent par exemple des sacrifices satanistes, pratiqués par des démons en chair et en os, qui sont des citoyens ordinaires, mais aussi et souvent des personnalités hauts placées dans les institutions?

Tous les individus de cette espèce (c'est-à-dire de nature démoniaque, paranormale), quel que soit leur rang social (et toutes les couches de la société, toutes les institutions et tous les domaines, sont gangrénés, littéralement infectés par cette espèce, infestés de cette espèce) forment une seule entité, un seul système, le système du Diable! Il y a ceux qui font des choses incompréhensibles pour les autres parce que ce sont des démons en chair et en os, et il y a ceux qui un jour font quelque chose qui ne leur ressemble pas, simplement parce qu'ils sont possédés ou contrôlés mentalement par les premiers. S'il ne s'est pas passé quelque chose de plus sombre avec la femme de Jean-Michel Dormoy, ses enfants et lui-même, qui a été maquillé par les démons en drame familial, si c'est lui-même qui, pris par ce qu'on appelle par euphémisme une "démence" (pour ne pas dire simplement démon) a commis un tel acte, alors pour moi cela a tout à fait les caractéristiques d'une personne qui a agit sous possession démoniaque ou sous contrôle mental (ce qui revient au même).

Combien d'attentats ces derniers temps sont l'oeuvre de personnes sous contrôle mental? Et encore faut-il que ce ne soit pas des attentats sous fausse bannière, ce qui est encore une autre histoire, un autre aspect du Mensonge incarné par le Diable et par tous les diables. Quand bien même les gens ont physiquement commis ce qu'on leur attribue, cela ne signifie pas qu'ils n'ont pas agi sous programmation, sous contrôle mental, sous possession, ce qui plus que jamais pose la question de la responsabilité. Plus que jamais on doit se poser la question: est-ce que les gens sont eux-mêmes? Et si oui, alors l'autre question qui se pose immédiatement et qu'on doit se poser plus que jamais est: les individus dont on parle sont-ils des humains? D'accord, ils ont l'apparence humaine, mais la question est: sont-ils des humains? La question est très lourde de sens.

On transforme, comme souvent le mot "démon" en "démence", une chose impliquant les diables en un trouble psychiatrique, et le tour est joué! La loi est alors: "Circulez, il n'y a rien à voir". Il n'y a donc pas de Diable à voir, même s'il est aussi visible que l'emblême de la ville de Stenay! Mais seulement voilà: ceci est le secret le plus caché de la France et du monde: sa nature diabolique. Les diables, tous les démons en chair et en os, eux, connaissent ce secret, évidemment. A vous de le connaître à partir de maintenant, ne soyez plus aveugles. Oui, NE LES CROYEZ PLUS! Ne croyez plus le système, ne croyez plus leur système!

Le système, parce qu'il est gangréné par les individus de nature diabolique, par qu'il est contrôlé, possédé, par ces démons en chair et en os (et plus encore par les démons invisibles), protège les individus démoniaques (comme par exemple un de mes voisins de Verdun dont je parle ici et plus amplement dans le document pdf consacré: Les visages de Satan le Diable). Le système couvre leurs crimes car ils sont ses soldats ou ouvriers cachés, et ne les lâche que pour se protéger lui-même. De la même façon que le lézard ou le gecko, qui tient à sa queue mais se coupe de sa queue quand il est menacé (par exemple si on le saisit par la queue), il sacrifie sa queue pour sauver le reste qu corps.

Quand donc je dis que mon fils a vécu l'enfer à la Maison de l'Enfance de Stenay, je parle d'abord de ce qu'il a vécu de la part d'un système diabolique, et qui est caché au monde. Et cela veut dire aussi qu'il a eu l'occasion, dans une ville dont l'emblème est le Diable, d'être témoin de quelque chose concernant un de ses éducateurs qui a posé un acte qui ne peut que faire penser au Diable qui est l'emblème de la ville. Cela fait trop de "coïncidences", il n'y a pas de hasard, il faut se le dire une bonne fois pour toutes!

Les deux sous-titres qui suivront la présente première partie sont ce que mon fils et moi avons écrits ensemble. Ce texte est constitué: 1) de ce que mon fils me disait sur son vécu pendant son placement mais aussi bien plus ce qu'il a dit après; 2) de choses que je pouvais vérifier de l'extérieur, complétées par celles que je savais par les journaux ou pouvais vérifier en faisant les enquêtes, comme par exemple cette affaire Jean-Michel Michel; et enfin 3) de mes connaissances de la société et du monde, que j'enseignais évidemment à mes enfants, à ma famlle.

Et c'est justement parce que j'étais accusé de donner à mes enfants un enseignement sur Dieu qui n'est pas catholique (la Meuse est un département de tradition très catholique et où l'on vote beaucoup pour le Front National), franc-maçon ou sataniste (et là c'est le problème pour toute la France et le monde), ou tout simplement parce que mes idées sur l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU sont trop différentes de toutes les visions habituelles des choses, de tous les paradigmes actuels, mes enfants m'ont été arrachés, soit disant pour les "protéger".

Notre fils, pendant sa détention, n'avait pas le droit de contacter ses parents, mais il s'arrangeait pour nous contacter pendant son placement. Il m'avait informé par mail qu'un de ses éducateurs s'était suicidé, et je me suis aperçu que cela ressemblait très étrangement à l'affaire de cet homme qui a fait beaucoup de bruit. Je lui disais ce que j'avais trouvé en cherchant, et lui aussi interrogeait de l'intérieur, et il s'est trouvé que c'était le même homme, que j'appelais Mr Dormoy mais que lui appelait simplement Jean-Michel.

A sa "libération" en 2012 (c'est trop dire, car le corps peut être libre mais pas l'esprit qui a été volé, siphonné), il y a donc 5 ans (il en a 22 aujourd'hui) nous avons continué à travailler ensemble à la Science de l'Univers TOTAL, comme on le faisait avant, mais il n'a plus jamais été le même enfant. Cela n'a été qu'en s'empirant d'autant plus avec les choses paranormales qui se passaient avec des démons en chait et en os du voisinage, comme celui évoqué plus haut et donc il est largement question dans le document: Les visages de Satan le Diable.

Et je précise donc que maintenant que mon fils n'est plus lui-même et qu'il ne considère plus ce témoignage comme étant le sien, je parle pour lui. C'est incroyable ce qui se passe dans ce monde, comment des adultes même quincagénaires, sont vidés de leur esprit (psyché), contrôlés mentalement, possédés (sans parler du harcèlement en réseau, des attaques au quotidien par des armes électromagnétiques, psychotroniques), bref sont transformés en ce qu'ils ne sont pas. Et à plus forte raison un fils ou une fille de 15 ou 22 ans.

Mon fils était un enfant brillant, en avance sur son âge, très cultivé pour son âge. Il comprenait le monde, et il avait une capacité d'analyse peu commune. Ses centres d'intérêt étaient ceux des adultes, on l'ennuierait presque ou le rabaisserait en lui proposant des activités de son âge. Il n'y avait qu'une seule exception à cela: la game boy, mais avec des jeux nécessitant de la matière grise. Mais seulement voilà: le Diable a de ces jeux aussi, mais ... à la sauce diabolique. Et quand il tient un jeune par ce point faible, c'est difficile de l'orienter vers des jeux aussi intéressants pour la matière grise, mais plus positifs. Ce n'est pas impossible pour un jeune bien guidé par ses parents, mais pas pour un jeune que le Diable a kidnappé pour le faire vivre pendant 13 mois à la Maison d'Enfance d'une ville qui ironiquement a pour emblème le Diable...

Et aujourd'hui, mon fils est un adulte qui a régressé, qui a du mal à gérer sa vie, et qui est complètement esclave de jeux vidéos démoniaques. Il est très occupé à ces jeux, pendant que les démons, visibles et invisibles, s'occupent de lui... Et il est programmé pour être allergique à tout ce que je lui dis de divin... Et aussi il est programmé pour que, quoi que lui fassent les démons, il dise que cela lui arrive par la faute de son père. Le système nuit à sa réussite estudiantine, parce qu'il est le fils de son père.

Par exemple, il se présente pour demander un stage en entreprise, on lui montre des documents de ce site, par exemple celui-ci, on lui demande de s'expliquer ou de dire s'il partage mes activités. De quoi nourrir encore plus de la haine envers son père et lui fait dire c'est son père qui est le problème. C'est la même intolérance, le même sectarisme, la même inquisition, la même croisade, la même violation de la liberté et des droits fondamentaux de l'humain, qui a présidé à son placement et à celui de sa soeur, qui continue encore sous une autre forme. Les démons accusent leurs victimes exactement de ce qu'ils sont!

Pendant son placement, on lui montrait ce site, on lui lavait le cerveau à ce propos. Et maintenant, à 22 ans, et quand officiellement il n'est plus en placement, quand il se présente pour solliciter un stage, on lui montre le site, on lui demande de s'expliquer, et on lui ferme la porte au nez. Quel rapport entre ce site et sa formation en informatique? Normalement non, on est d'accord? Et c'est pour cela, une fois encore, que je dis qu'en ce monde il faut définitivement bannir le mot hasard. Il ne faut plus dire que ceci et cela ne peuvent avoir aucun rapport.

Il devrait comprendre que c'est ce monde satanique qui ne veut pas qu'il ait une opinion qui sorte trop de la pensée unique, celle du Diable. Ce sont ces démons qui l'empêchent d'être vraiment lui-même, d'être simplement adulte, alors que je fais tout pour qu'il le devienne, ou qu'il le redevienne, car il l'était déjà quand il n'en avait pas l'âge! Il ne devrait pas avoir à s'expliquer sur ses opinions, s'il en a encore. Car ses opinions sont maintenant 100% ou presque celles que le Diable l'a programmé pour avoir. Il n'a plus la lucidité de comprendre cela, de réaliser que le mal n'est pas celui que le Diable montre du doigt, mais le Diable lui-même, quels que les visages qu'il prend. Je lui ai appris à discerner cela, mais il n'en est plus capable.

Je témoigne donc pour lui. Son père, qui connaît les secrets cachés de ce monde, se bat contre ces démons, il fait la lumière sur les réalités les plus cachées du monde, ils dit la vérité que ces démons et leur système ne diront jamais. Le jour où eux et leur système diraient ces vérités, c'est qu'ils ne sont plus des démons, et alors cela veut dire qu'on sera dans un autre système, dans un autre monde, le mien, celui du Christ, celui de Dieu (voir Révélation ou Apocalypse chapitres 20 à 22).

Si ce n'est pas facile pour des quincagénaires comme moi, et de plus des gens qui comme moi sont informés de cette sombre réalité, qui sont expérimentés, donc mieux armés pour résister, alors que dire des autres! Les situations de nature satanique, diabolique, démoniaque, paranorrmale, demandent aussi des mesures exceptionnelles, comme de parler pour quelqu'un qui n'est plus lui-même, quand on sait ce qu'il a vécu et ce qu'il a dit quand il était encore lui-même. C'est le moins que je dois à mon fils que j'aime. C'est le moins que je dois aux miens, que j'aime. C'est le moins que je dois à tous les enfants de Dieu, ceux qui savent qu'ils le sont, et ceux qui le sont, mais ne le savent pas encore. Ou ne le savent plus...

Notre placement injuste à cause du Nouveau Paradigme auquel nous travaillons

Stenay la Ville du Diable

Une curiosité de la ville de Stenay
est qu'elle traîne une tradition de "ville du Diable".
La tête du Diable fait partie de l'emblème de la ville,
elle figure sur les écussons, et on peut même déguster dans la ville
une confiserie nommée "Les crottes du Diable"...
Au-delà de ce qui passe pour être une simple tradition ou un mythe
se cache des réalités très infernales, qui, elles, ne sont pas des mythes.
J'ai vécu un enfer dans la Maison de l'Enfance de Stenay où je fus placé injustement.
Et aussi, pour compléter le tableau, j'ai connu dans cette maison un éducateur, Jean-Michel Dormoy,
un homme tranquille qui, pris d'une "folie incompréhensible" (incompréhensible?)
a fait une chose horrible, digne des pires films d'horreurs:
il a massacré très sauvagement sa famille avant d'aller se noyer dans le fleuve La Meuse.
Toute la vérité n'a pas été dite sur ce drame qui a retenti en juin 2011 dans les journaux de France.
Voici donc mon enfer dans la Maison de l'Enfance de cette "Ville du Diable"...
Cette histoire-là n'est pas un mythe, je l'ai vécue...

Le 23 mars 2011, ma soeur et moi avons été injustement arrachés à nos parents par les services sociaux et le système judiciaire de la Meuse, à cause de la Science de l'Univers TOTAL que fait mon père.

J'avais 15 ans au moment de l'enlèvement, et ma soeur en avait 10. Aujourd'hui j'ai 17 ans et ma soeur en a 12. J'ai été détenu pendant 13 mois dans la Maison de l'Enfance de Stenay (que montre l'image ci-dessous), aux milieu d'enfants violents, et dans une soi-disant "maison de l'enfance", où, à part moi, presque tous fumaient (et où j'ai donc subi le tabagisme passif) et où circulait la drogue.

Je suis "libéré" depuis le 13 avril 2012 (il y a environ 6 mois) mais ma soeur est toujours placée. Alors que la juge Mme Stéphanie Blin-Dumouchel dit m'avoir "libéré" et que je refais surface avec mes parents (qui effacent le traumatisme de cet enfer), elle menace de m'enlever de nouveau à tout moment, pour me faire revivre cet enfer.

Maison de l'Enfance de Stenay

Maison de l'Enfance de Stenay, où Mme Stéphanie Blin-Dumouchel,
qui m'a injustement arraché à mes parents, m'a placé pendant 13 mois.

Quand nous suivons l'information à la télévision ou à la radio, quand nous lisons les news dans la presse ou sur internet, même si beaucoup sont conscients que les médias souvent ne disent pas la vérité, même s'ils savent que la désinformation ou la dissimulation de l'information fait partie des pratiques courantes de ce monde où le mensonge est une "vertu", il n'empêche que bien trop souvent nous faisons confiance à ce que les médias nous disent. C'est très psychologique, les médias ont un réel pouvoir hypnotique sur les esprits et les consciences, mais c'est comme ça.

Et plus particulièrement, certains mots, certaines notions, ont un terrible pouvoir hypnotique, comme par exemple "secte", "terroriste" (et récemment "Al Qaïda"), "intégriste", etc., et la liste est loin d'être exhaustive. Ce genre de mots qui sont chargés (ou que l'on charge) de toutes nos peurs, et par lesquels on peut déclencher à volonté de véritables psychoses (aussi souvent que l'on veut), ont un redoutable pouvoir inhibiteur de la pensée, de la raison. Tout le monde ou presque, jusqu'aux personnes les plus lucides, devient irrationnel quand on agite ces mots-épouvantails et d'autres. Quand on accuse une personne d'être un tel "danger public", la plupart d'entre nous ne se posent même pas la question une seule seconde si ce que l'on nous dit est vrai. On fait confiance aux autorités, à la justice, à la police, etc., ainsi qu'aux médias qui relaient cette accusation.

Mais dans la vie, quand il vous arrive d'être témoin de quelque chose, de bien connaître le sujet, les personnes, les contextes des faits, etc., vous êtes ébahis par la manière dont les choses sont présentées et qui trompe le grand public qui ignore les éléments dont vous êtes témoin. Et si vous avez un tant soit peu de conscience, vous ne pouvez qu'apporter votre témoignage afin de permettre d'avoir une vision plus juste des choses. Mes parents (et en particulier mon père) à qui l'institution judiciaire (incarnée par Stéphanie Blin-Dumouchel) a arraché ma soeur et moi un certain affreux 23 mars 2011 à Verdun, sont évidemment les personnes que je connais le plus dans ce monde. Et je sais que ce n'est pas à ce genre de personnes qu'il faut enlever les enfants. Ce ne serait pas une vérité de dire que les enfants parmi lesquels j'ai vécu à la Maison de l'Enfance de Stenay sont tous injustement arrachés à leurs parents. Pour certains, le placement était bien justifié et les enfants étaient heureux dans leur placement, c'est sûr. Mais c'était très loin d'être mon cas, je n'avais vraiment rien à faire dans ce milieu où j'ai au contraire considérablement régressé. Ma place était auprès de mes parents, avec ma soeur.

Mais seulement voilà: il a suffi dans le cas de mes parents, juste parce qu'ils parlent de l'Univers TOTAL, le Nouveau Paradigme, la nouvelle vision de l'Univers et de Dieu, d'agiter le terrible mot "secte", d'inventer le danger de toutes pièces, pour avoir le droit de leur faire, comme aussi à des milliers de françaises et de français, à peu près tout ce que l'on veut, avec la bénédiction du public. Il y a l'enfer des parents, mais il y a surtout aussi l'enfer des enfants victimes d'une telle injustice.

Et maintenant, dans la Maison de l'Enfance de Stenay où j'ai été placé, je me suis trouvé malgré moi témoin de bien d'autres mensonges du système. Il accuse bien souvent du mal que lui-même engendre, et il est souvent, hélas, un remède pire que le mal qu'il prétend combattre. Alors que mes parents m'ont préservé de tous les dangers de ce monde comme par exemple la drogue ou le tabagisme, c'est au contraire dans une maison dite de l'"enfance" que j'ai eu un milliard de fois le risque de succomber à ces fléaux. Et alors que le système accuse mes parents d'être un danger pour moi, c'est bien au contraire ce système qui m'a fait vivre le vrai danger, ne serait-ce qu'à cause de la violence au milieu de laquelle j'ai vécu. Et je pourrais donner une liste infinie de paradoxes de ce genre de la part d'un système qui constitue le vrai mal dont il accuse.

Ce que l'on n'a pas dit dans la terrible affaire de Jean-Michel Dormoy

J'en viens maintenant à un autre fait particulier dont je me suis trouvé témoin malgré moi dans la Maison de l'Enfance de Stenay. C'est ce que l'on appelle habituellement un "fait divers", mais il y a des faits qui sont assez graves, non seulement pour ce qu'ils sont en eux-mêmes, mais parce qu'ils révèlent des choses profondes sur la nature cachée de ce monde, de ce système. Ces faits révèlent de grands malaises dans notre société qui très souvent ne se remet pas en question quand de telles choses se produisent. Mais bien souvent, on détourne les attentions vers de fausses explications.

C'est ainsi par exemple que quand des dizaines de personnes se suicidaient à France Télécom - Orange (dont certaines qui se jetaient par les fenêtres sur leur lieu de travail), le président de cette entreprise a parlé d'une "mode du suicide", comme si ces personnes mettaient fin à leurs jours par plaisir ou pour suivre une mode. Ce cynisme face à la souffrance des gens a choqué l'opinion.

Le 26 octobre 2011, une femme s'est immolée par le feu devant le palais de l’Elysée, juste sous le nez du Président Nicolas Sarkozy. C'est tout juste si à l'Elysée on ne la regardait pas, en sirotant un verre, insensible à la souffrance de cette femme et à la signification de son geste. Et 13 jours plus tôt, une enseignante de mathématiques s'est immolée de la même façon dans la cour de récréation de son lycée de Béziers. Quand on n'est pas autiste face à ces faits qui devraient interpeler toute la société et les paradigmes sur lesquels elle est fondée, quand on n'est pas indifférent ou quand on ne minimise ou ne banalise pas ces faits, on trouve toujours le moyen de dire que ces personnes font cela en raison de difficultés familiales ou psychologiques.

Or, très souvent, les difficultés familiales ou psychologiques naissent aussi des problèmes d'ordre professionnel, et plus généralement de la manière dont on vit dans la société qui est la nôtre. Et le pire, c'est quand c'est le système qui oeuvre directement pour créer ces problèmes familiaux ou psychologiques. C'est ainsi par exemple que mes parents ont dû lutter pour tenir bon dans la très dure épreuve qu'est le fait de se faire très injustement arracher leurs enfants. De quoi détruire un homme et une femme (sans parler des enfants qui sont plus fragiles, comme ma soeur et moi), les plonger dans une grave dépression ou une détresse psychologique, les conduire aux pires extrémités. Je ne parle même pas de tout ce qui a été fait et qui est encore fait pour séparer mes parents, pour détruire un couple qui lutte pour rester uni dans cette horrible épreuve. Et dans ce cas alors, qui est la vraie cause des problèmes? Le système ou un homme et une femme qui n'ont pour seul tort que de travailler pour l'Univers TOTAL, le Nouveau Paradigme?

A la Maison de l'Enfance de Stenay où j'étais placé, j'ai vécu un terrible drame concernant une personne que j'ai connue. Une affaire de suicide après un massacre des siens. Quand on apprend ce genre de choses à la télé ou dans un journal, cela semble très loin de nous, mais pas quand on a connu la personne impliquée. Je me serais bien passé de mon placement et de ce drame que j'ai vécu. Mais c'est ainsi, je l'ai vécu, et je ne peux pas m'empêcher d'en parler, d'autant plus que la présentation officielle des choses est ici encore inexacte. Ou plutôt, toute la vérité n'a pas été dite, et je me dois de dire ce que je sais.

Lettre Ouverte au Procureur

Lettre ouverte du 29 Novembre 2011 à Yves Le Clair,
Procureur de la République de Verdun (document PDF)
Lisez cette très importante lettre pleine de révélations et de lumières,
et vous comprendrez tout ce qui se passe dans la Meuse
et dans beaucoup d'autres départements français, oui 11 pages de lumières!
Vous comprendrez que la Meuse est un Laboratoire spécial
qui révèle la vraie nature, les visages et les vraies causes
de tous les problèmes de France et du monde.
C'est dans leurs relations avec la Science de Univers TOTAL ou Science de Dieu
que les visages du Diable (les diablesses et les diables) se révèlent au grand jour.
Ils sont pris en quelque sorte en flangrant délit.
Vous commencerez à comprendre la France et le monde
comme vous ne les aviez jamais compris auparavant...
Cliquez, lisez, lisez donc.

Vous avez sans doute entendu parler de l'affaire Jean-Michel Dormoy, l'homme qui le 27 juin 2011 a tué sa femme, grièvement blessé un de ses enfants puis est allé se noyer dans le fleuve La Meuse. Tous les journaux de France ont parlé de ce terrible drame, mais on a tout dit sauf justement ce qu'il fallait dire pour comprendre l'affaire. On a caché tout ce qui dérangeait, et pire, on a dit des contre-vérités, des mensonges. Il ne faut pas croire la version officielle présentée par les "sources judiciaires" (et en particulier le procureur Yves Le Clair), qui est reprise par le journal l'Est Républicain (journal au service des notables du département de la Meuse et de la région de la Lorraine), et qui l'ont transmise à l'ensemble des journaux de France.

Voir par exemple ces trois articles de journaux:
- Drame familial dans la Meuse (France Soir)
- Il massacre sa femme et ses enfants à coups de masse (L'Union, L'Ardenais)
- Meuse : un homme se suicide après avoir tué sa femme (Yahoo News)

On a présenté Mr Dormoy comme un ouvrier qui venait de trouver un nouveau travail non loin d'Inor son lieu d'habitation. Un homme tranquille et discret, dont la famille est sans histoire, un homme dont on ne pouvait s'attendre à un tel accès de "folie" soudaine, pour faire ce qu'il a fait. Comme on peut le lire à la fin de l'article de Yahoo! News (qui n'a fait que reprendre ce que disaient beaucoup d'autres journaux), on est allé jusqu'à "suggérer" dans les esprits que des "difficultés dans le couple" seraient l'explication d'un drame aussi horrible et aussi incompréhensible.

Incompréhensible? Vraiment inexpliquable? Ou bien est-ce plutôt qu'on n'a pas voulu comprendre ce que l'on pouvait comprendre?

Que ce couple ait des difficultés comme de nombreux couples, c'est fort possible. Mais c'est un mensonge de présenter les choses ainsi, occultant les éléments qui éclairent l'affaire d'un jour nouveau, mais qui gênent les autorités de la Meuse, celles qui décident de placer des enfants comme moi dans la "Maison de l'Enfance" de Stenay.

Car justement, ce qu'il faut savoir, c'est que Mr Dormoy, était de son dernier emploi un éducateur dans la "Maison de l'Enfance" de Stenay, là où celles et ceux qui combattent mon père à cause du Paradigme de l'Univers TOTAL, m'ont placé. Un endroit où j'ai vécu un enfer pendant 13 mois, 13 longs mois de ma vie perdue!

Comme l'a mentionné le journal France Soir (et nous l'avons vérifié), Mr Dormoy était aussi un conseiller municipal dans la commune d'Inor, à 8 kilomètres au nord de Stenay, où il habitait. Contrairement à France Soir, beaucoup de journaux le présentaient comme un simple "ouvrier" dont on ne connaitrait pas son métier exact. Mais non seulement il était conseiller municipal depuis 2008 (donc depuis 3 ans avant le drame), mais surtout aussi il était donc éducateur à la Maison de l'Enfance de Stenay, détail que très curieusement personne ne mentionnait!

Je l'ai bien connu, nous l'appelions Jean-Michel, comme aussi l'appelaient ses collègues éducateurs. C'était un homme calme et gentil, comme l'ont dit également des journaux comme France Soir et des habitants d'Inor. Mais le revers de la médaille de ce trait de caractère est justement aussi qu'il manquait d'autorité pour maîtriser les enfants violents et drogués de la Maison de l'Enfance de Stenay où j'étais placé. Non seulement cela, l'un d'eux l'a même frappé un jour. Comme c'est bien souvent le cas, les jeunes qui sont très durs, s'en prennent paradoxalement aux représentants de l'autorité qui sont les moins stricts avec eux, qui leur laissent plus de libértés, ou qui sont plus gentils avec eux. Autant de qualités humaines qui deviennent des défauts face à des jeunes à problèmes, qui font d'eux leur "tête de turc" et leur "proie facile".

Mon père, qui a été enseignant en lycée professionnel, dans une Zone d'Education Prioritaire de la banlieue nord de Clermont-Ferrand, connaît très bien le phénomène. Il faut sévir pour ne pas être "dévoré", et c'est là que mon père a developpé de l'autorité qui lui sert aussi dans sa manière d'éduquer ses propres enfants (comme je l'explique aussi à la juge Mme Blin-Dumouchel qui ennuie mon père et manoeuvre pour me placer de nouveau).

Mais quand on veut accuser quelqu'un et lui enlever injustement ses enfants, la même autorité et le sens de la discipline peut servir à le faire passer pour un "bourreau" qui "martyriserait ses enfants" en leur tenant sans cesse de prétendus "discours sectaires", à comprendre par là sa vision des choses selon le Paradigme de l'Univers TOTAL mais aussi et surtout les valeurs bibliques qu'il nous transmet. Et le système mauvais (bien incarné par des personnes comme Mme Blin-Dumouchel) a toujours raison, sa vérité est la vérité. Il accuse de rage le chien qu'il veut noyer, il trouve les poux sur la tête des gens là où il n'y en a pas, mais sans voir les gros poux sur sa tête à lui. Il filtre le moustique alors qu'il avale des chameaux (Matthieu 23: 24), et il trouve la paille dans les yeux de ses victimes sans voir les poutres dans ses yeux à lui (Matthieu 7: 1-5). Il libère des Barrabas mais crucifie des Jésus de Nazareth qui lui disent la vérité sur tout le Mal qu'il est (Jean 18: 37-40), sur les paradigmes ou les fondamentaux mauvais qui sont les siens.

Je n'irai peut-être pas jusqu'à me comparer au Christ injustement crucifié au milieu de malfaiteurs, ou comparer mon père au Christ faussement accusé de tous les maux du monde, mais la situation est assez semblable il faut le dire. Des jeunes de la Maison de l'Enfance de Stenay sont de vrais Barabbas, qui ont fait souffrir Mr Dormoy les quelques mois qu'il y a été engagé comme éducateur.

Ce sont des réalités de la maison dite de l'"enfance" que l'on voulait cacher, car c'est très mauvais pour l'image de l'institution judiciaire, pour la "protection de l'enfance" (pour l'"Aide Sociale pour l'Enfance" ou ASE), pour les autorités politiques de la Meuse (celles du Conseil Général entre autres). On ne les cache pas pour des raisons nobles que l'on pourrait penser, à savoir les dures réalités du métier que peuvent vivre certaines personnes dans les services sociaux comme aussi dans le métier de l'enseignement (comme mon père en a eu l'expérience). De nombreuses personnes consciencieuses vivent effectivement ces difficultés, et certaines mettent fin à leurs jours quand la coupe est trop pleine, comme je l'ai dit plus haut ne serait-ce que dans le cas de cette enseignante de Béziers qui s'est immolée par le feu dans la cour de récréation de son lycée. Bien au contraire, quand les raisons sont nobles comme celles-là, on ne manque pas de les mettre en avant, pour réclamer des moyens nécessaires pour faire face aux problèmes.

Mais en fait, si l'on cache ces réalités, c'est que les moyens sont là, mais souvent ne sont pas employés comme ils devraient l'être. Ils sont souvent gaspillés, et pire, détournés par toutes sortes de moyens très subtils pour des profits personnels, tandis qu'on affirme officiellement maîtriser la situation, et que l'on fait croire que tout va bien, que la mission est accomplie. Ce ne sont pas les personnes consciencieuses qui font cela, car cette catégorie vit mal la situation, à tel point que certains se suicident. Mais ce sont les monstres du système qui font cela, les diablesses et les diables qui font qu'il est ce qu'il est, et qui en tirent profit. Toutes les personnes honnêtes et de qualité humaine (des parents, des enfants, beaucoup dans la société, etc.) sont victimes de ces gens.

Un exemple simple: imaginez des parents (comme les miens), qu'on accuse injustement d'être un "danger" pour leurs enfants, à qui ces monstres arrachent les enfants, pour faire tourner leur boutique immonde et leur machine à profit. Ils veulent évidemment faire admettre aux parents que l'enlèvement des enfants est justifié, et que les enfants sont mieux dans les structures de placement. C'est peut-être vrai pour des enfants pour qui la vie familiale était un enfer, mais sûrement pas pour moi, pour qui c'est bien au contraire mon milieu de placement qui est un danger, un enfer. On comprend qu'on a bien intérêt à cacher cette réalité aux parents, mais aussi à tous ceux qui sont en droit de le savoir.

Pour en revenir à l'affaire Jean-Michel Dormoy, un jour, pendant que j'étais à l'école, il a conduit à une activité les jeunes de la maison de l'enfance qui étaient non scolarisés. Le soir, j'ai appris qu'en route l'un d'eux (justement celui qui l'avait frappé auparavant) a tiré brusquement sur le frein à main, et ils ont failli avoir un très grave accident avec la camionnette que Mr Dormoy conduisait. Ces jeunes délinquants avaient fait un pari de lui faire ce mauvais coup, et celui qui l'a fait s'en est vanté.

Mr Dormoy en avait assez. Il se percevait comme incapable d'être à la hauteur de son emploi. Quand, quelques jours plus tard, nous avons appris à la maison de l'enfance qu'il s'est suicidé après avoir tué sa femme et blessé un de ses enfants, je savais que cela avait un rapport direct avec comment il vivait son métier.

Plus tard, quand un autre éducateur nous conduisait par la route qui passait par Inor, il nous a montré une maison près de la route avec des fleurs entreposées, et a dit: "C'est là où habitait Jean-Michel".

Placer injustement des enfants comme ma soeur et moi pour faire du chiffre (en effet, 140 000 enfants sont placés chaque année en France dont la moitié abusivement!); gaspiller l'argent public pour des missions inutiles (donc pour des profits personnels) au lieu de l'utiliser là où est le vrai besoin, et seulement pour les enfants qui en ont réellement besoin; faire tout reposer sur les épaules de ceux parmi les travailleurs sociaux qui sont vraiment consciencieux; occulter cette réalité dans les institutions et le stress que cela peut représenter pour les membres du personnel les plus scrupuleux ou les plus fragiles dans le système; et présenter seulement les choses commme cela a été fait dans le cas de Mr Dormoy, c'est un grave Mensonge, comme c'est le cas dans tout ce présent Monde de Négation, où tout est dit sauf la vérité.

Dans tous les domaines de ce monde, quand on ne tord pas la vérité, quand on ne ment pas purement et simplement, on cache tout ou presque, on ne dit pas au monde ce qu'il faut lui dire pour que l'on comprenne ce qui se passe vraiment, la vraie nature du monde, où est vraiment le Mal du monde, ce qu'il faut faire pour changer les choses.

Creative Commons           Qui est Hubertelie?           Mentions légales           Contact