Couleur de U selon la catégorie

L'Univers TOTAL U
est l'Ensemble de toutes les choses.
IL a une Structure FRACTALE.
IL est le Paradigme d'une nouvelle Science :
la Théorie Universelle des Ensembles,
la Science de l'Univers TOTAL,
l'Univers-DIEU...

Vous êtes ici  >  Accueil : U_Science  >  U_Physique  >  Théorie physique des ensembles, nouvelle Science ...  >  Physique Quantique de l'Univers TOTAL, la Physique du TOUT

Physique Quantique de l'Univers TOTAL, la Physique du TOUT

La Physique des ensembles quantiques, la Physique de la Générescence, la Physique de l'INFORMATION, la Physique Quantique du TOUT

Physique Quantique, Physique de la Générescence, Physique Informatique de l'Univers TOTAL

La physique quantique est actuellement considérée comme la physique de l'Infiniment petit, comme la physique décrivant la Réalité à l'échelle la plus fondamentale. Avec le Paradigme de l'Univers TOTAL (voir L'Univers TOTAL, le nouveau Paradigme de la Science) qui survient à l'ère du numérique et de l'INFORMATION, nous avons maintenant l'occasion de découvrir une vision encore plus profonde et plus fondamentale de la Réalité.

Tout est information unaire

A l'échelle la plus fondamentale, toute chose est une générescence, une information unaire.
Toute chose dans l'Univers TOTAL est une information,
faite d'une seule information élémentaire, notée U ou 0.
L'Univers TOTAL est la Grande Machine Informatique Unaire,
et plus qu'une simple Machine, il est le Grand Organisme, la Grande Vie.
Aussi étonnant que cela puisse paraître,
la Formule de l'Univers, oui de l'Univers TOTAL,
est cette simple équivalence: U = UU ou 0 = 00!
Plus simplement encore, cette Formule est:
= 0, qui est à lire: "Vide égale Zéro".
Il s'agit plus précisément d'un Programme Informatique,
qui veut dire que partout où il y a le "Vide" ou le "Néant",
il faut le remplacer par l'Information élémentaire 0.
Cela donne en appliquant cette régle en chaîne:
= 0 = 00 = 000 = 0000 = 00000 = 000000 = 0000000 = ...
C'est la Loi de l'Equivalence universelle,
à partir de laquelle se détuisent toutes les autres équivalences,
toutes les lois de l'informatique, des mathématiques, de la physique, de la biologie, etc.
Cette formule = 0 ou 0= 00 est le plus simple et le plus fondamental de tous les Programmes,
ici le Programme de la "création de toutes les choses" ex nihilo,
c'est-à-dire en partant du "Vide",
la Première de toutes les choses, la Première Information.
L'Univers TOTAL est à la fois la Première et la Dernière Information,
le Vide et le Plein, l'Alpha et l'Oméga.

L'Univers TOTAL est un Champ de U

L'Univers TOTAL (l'Oméga) est un Champ Infini de Zéros (un Champ Infini d'Alphas),
où chaque Zéro (ou Alpha) est une nouvelle version de l'Univers TOTAL (l'Oméga).
C'est la Générescence et la Structure Fractale de l'Univers TOTAL,
mais aussi c'est ainsi l'Univers TOTAL à l'échelle fondamentale,
à savoir tout est de l'Information pure, l'Information unaire,
faite d'une seule information élémentaire, à savoir 0.
En Informatique unaire, le Un (ou 1) est l'information 00,
le Deux (ou 2) est l'information 000, etc.
Les 0 sont les "Points", les "Pixels", les quanta de l'Espace
(c'est-à-dire les particules engendrant l'Espace ou le "Vide"),
mais aussi les plus petites particules de ce qui sera appelé "Particule"
au sens habituel du terme (Photon, Neutrino, Electron, Proton, Neutron, etc.)
aux échelles plus grandes, quand donc la densité de l'information est suffisamment grande.

L'Univers TOTAL est un Champ de 0

Tout est engendré par les Zéro (ou Alpha), tout est fondamentalement du "Vide",
une réalité que perçut la philosophie indoue qui la nomme "Sunyata" en sanskrit,
que l'on traduit dans la pensée occidentale par "Vacuité" et parfois par "Ainsité".
Mais ATTENTION! il ne faut plus comprendre le "Vide" ou le "Zéro"
au sens négatif habituel de ces mots surtout dans la pensée occidentale,
à savoir le "Vide" qui n'est que "Vide" ou le "Zéro" qui n'est que "Zéro".
Mais il s'agit ici du "Vide" qui est aussi le "Tout" (l'Univers TOTAL en l'occurrence),
du Zéro qui est aussi l'Infini, de l'Alpha qui est aussi l'Oméga (Révélation 21: 6; 22: 13).
Invitez-moi pour vous donner des conférences,
ce sera plus facile d'expliquer tout cela de vive voix,
vous comprendrez beaucoup mieux quand je répondrai à vos questions spécifiques,
car c'est très difficile d'expliquer ce que chacun voudrait comprendre dans les pages d'un site.
Tout le monde n'a pas les mêmes besoins,
il faudrait des milliers et des milliers de pages pour répondre aux questions de tous.
Mais si vous jugez que vous comprenez mieux en lisant, alors bonne lecture de toutes les pages du site...
Téléchargez, partagez, c'est gratuit...

A l'échelle la plus fondamentale (c'est-à-dire donc à l'échelle de l'Univers TOTAL), tout est INFORMATION, tout est numérique, tout est informatique! Plus précisément encore, tout est une information unaire, c'est-à-dire constituée d'une seule information élémentaire, que nous notons U comme "Univers", mais que l'on peut noter aussi 0, A ou autres (le résultat est le même). Ce type d'information très fondamentale est ce que nous appelons une générescence. Tout et absolument tout est donc une générescence, une information unaire.

Cliquez ici pour accéder à toutes les vidéos sur l'Univers TOTAL,
le Nouveau Paradigme de la Physique et de la Science.
Regardez cette vidéo pour comprendre enfin
comment tous les univers se créent à partir des générescences,
comment l'Univers TOTAL se crée à partir de lui-même,
comment l'Alpha génère (ou crée) tout jusqu'à l'Oméga.
Et si vous voulez approfondir la question de l'Informatique unaire de l'Univers TOTAL,
télécharger ce livre gratuit au format PDF en anglais.
Ou ici pour la version française, qui est beaucoup moins développée que la version anglaise.

Les générescence s'organisent selon une structure fondamentale appelée simplexe. Les simplexes qui deviennent de plus en plus complexes au fur et à mesure que l'information est grande. Puis les simplexes forment les particules, puis les atomes, puis les molécules, etc. Autrement, l'échelle quantique n'est pas l'échelle ultime de la Réalité, mais il existe une échelle encore plus fondamentale, l'échelle numérique, là où toutes les sciences deviennent une seule science: la physique des générescences, la physique des informations unaires, la Physique du TOUT tant cherchée.

C'est dans le Paradigme de l'Univers TOTAL qu'une telle physique devient enfin possible, et on comprend aisément pourquoi: l'Univers TOTAL est par définition l'Ensemble de TOUTES les choses. Par conséquent, la Physique d'un tel Univers devient la Physique du TOUT. Et contrairement à tout ce qu'on a pu imaginer auparavant et tout ce à quoi on pensait s'attendre, cette Physique est infiniment simple! Adieu les formules compliquées de la vieille mécanique quantique et de la vieille physique. En fait, les lois fondamentales sont les plus simples car les plus générales. Et plus on descend au niveau fondamental et plus les choses doivent être simples, sinon quelque chose ne tourne pas rond dans les paradigmes, et c'est le cas malheureusement actuellement.

C'est quand les questions quittent le domaine fondamental, se spécialisent et s'appliquent aux systèmes particuliers (effet tunnel, orbitales atomiques ou moléculaires, etc.) que les formules deviennent évidemment de plus en plus compliquées, mais pas quand il s'agit de répondre aux questions fondamentales sur l'Univers!

Orbitales Atomiques

Les orbitales atomiques.
Mais là on est déjà à des niveaux supérieurs de la Réalité,
à des échelles au-dessus de l'échelle numérique ou informatique.
Mais malgré cela, on constate l'allure des orbitales, qui rappellent encore le Fuseau du XERY
(pour plus de détails, voir le livre PDF L'Univers TOTAL, l'Alpha et l'Oméga).

Les échelles de l'Univers TOTAL

Les échelles de la Réalité, les échelles de l'Univers TOTAL.
L'échelle Numérique est plus fondamentale que l'échelle quantique.
A cette échelle, les choses deviennent extrêmement simples
et se réduisent au traitement des générescences, les informations unaires.
Puis les traitements et les calculs deviennent de plus en plus en complexes
aux échelles les plus élevées.
Encore que... si l'on raisonne dans le paradigme de l'Equivalence,
les formules et les équations, même dans les échelles plus élevées,
sont beaucoup plus simples que dans l'actuelle paradigme de l'Identité.

Formations, Informations, Unergie

L'Univers TOTAL, l'Alpha et l'Oméga (PDF).
Les derniers développements de la Théorie universelle des ensembles
et de la Physique Quantique de l'Univers TOTAL.
Un exposé de Cosmo-Ingénierie ou Cosmo-Technologie, la technologie de création des univers.
De très importantes explications sur la Loi du XERY et sur l'Unergie.

Alpha, Unité fondamentale, 1

Une nouvelle vision de la question des unités de la Physique.
Pour plus de détails, voir le livre PDF L'Univers TOTAL, l'Alpha et l'Oméga

Alpha, Unité fondamentale, 2

Une nouvelle vision de la question des unités de la Physique.
Pour plus de détails, voir le livre PDF L'Univers TOTAL, l'Alpha et l'Oméga

Générescence, XERY, Dauphin et Fleur

Toute chose est une générescence, une information unaire, une unergie.
Pour plus de détails, voir le livre PDF L'Univers TOTAL, l'Alpha et l'Oméga

Le traitement informatique des générescences donne ensuite naissance aux concepts mathématiques et géométriques, et pas l'inverse, comme on le pensait dans les vieux paradigmes où ce sont les mathématiques qui s'appliquaient à tout, et en particulier à l'informatique. La Particule la plus fondamentale qui engendre tout par itération d'elle-même est l'Alpha ou U. D'un point de vue informatique, c'est l'Information élémentaire, et d'un point de vue géométrique c'est ce qui est appelé le Point, le Point physique donc. Les différentes générescences ou informations unaires sont ce qui en mathématique est appelée les nombres entiers naturels, des objets physiques donc, et informatiques. La géométrie naît avec leur différentes structures, et selon leur nombre et leurs propriétés mathématiques, ils constituent toutes les particules possibles et imaginables en physique. Un simple photon est constitué d'un nombre incroyablement grand de ces particules Alpha ou Points.

Les concepts ou modèles mathématiques deviennent ensuite des concepts ou modèles de la physique, puis de la biologie, etc. Et ce au fur et à mesure que les objets auxquels donnent naissance les générescences deviennent de plus en plus complexes, des objets d'échelles de plus en plus élevées, de l'échelle Alpha (Numérique) à l'échelle Oméga (Cosmique). La Loi de la Strcuture Fractale (U = U...) signifie que ce qui est la plus petite particule (ou Alpha) d'un certain point de vue, est l'Univers TOTAL (d'un autre point de vue).

Univers TOTAL, Univers FRACTAL, Infiniment Petit et Infiniment Grand

L'Infiniment Petit (Alpha) et l'Infiniment Grand (Oméga)
sont les deux faces opposées mais équivalentes du seul et même Univers TOTAL,
qui a une structure générescente, une structure fractale.

C'est une nouvelle ère qui s'ouvre pour la physique et pour la science: l'ère de la physique informatique, celle sans laquelle on ne peut pas vraiment comprendre vraiment ce que l'on fait en physique quantique. Tour simplement, sans la physique des générescences, on ne comprend pas grand chose à l'Univers. Mais avec elle, on comprend tout, oui l'Univers TOTAL...

Menu de la rubrique

La Théorie quantique des ensembles et la Physique du TOUT

Sommaire du sous-titre

Nom commun, Modèle, Quantum, Ensemble quantique...

Voici une chose qui n'a jamais été comprise jusqu'ici, une très importante chose qu'il faut comprendre à partir de maintenant: toutes les fois que nous employons un nom commun x, quel qu'il soit, comme par exemple: Univers, Galaxie, Etoile, Soleil, Planète, Montagne, Arbre, Animal, Lapin, Organisme, Cellule, Humain, Homme, Femme, Enfant, Jouet, Caillou, Atome, Proton, Neutron, Electron, Photon, Particule, Energie, Information, Nombre, Code, Gène, Génétique, Vie, Relation, Ensemble, etc., nous parlons automatiquement de ce que nous appelons un ensemble QUANTIQUE ou simplement un QUANTET, qui est l'ensemble de tous les x!

C'est l'ensemble dont les éléments répondent tous à un même MODELE, qui est justement celui désigné par ce nom commun, cette appellation collective des éléments en question. Chaque élément est appelé un quantum (au pluriel quanta ou quantums) de cet ensemble quantique, et tous sont appelés les quanta (ou quantums) répondant à ce modèle. Et cette logique quantique que nous sommes en train de définir, est valable pour toutes les choses, qu'elles soient infiniment petites (comme les électrons) ou infiniment grandes (comme les galaxies).

Par exemple, le nom commun Etoile signifie simplement qu'on parle d'un ensemble de choses qui répondent au modèle nommé Etoile! On parle donc de l'ensemble de toutes les étoiles, qui est donc l'ensemble quantique ou le quantet associé au mot Etoile. Une étoile donnée (comme par exemple l'Etoile polaire) est un quantum de cet ensemble, la manière de dire "élément" dans le langage quantique, cette étoile est une unité parmi les quanta que sont les étoiles, que ce soit celles de NOTRE univers ou d'ailleurs. De même, le mot Humain définit l'ensemble quantique ou quantet qui est l'ensemble de tous les humains. Un humain quelconque, que ce soit de notre monde ou d'ailleurs, est donc un quantum de ce quantet.

L'Univers TOTAL: le plus grand ensemble quantique, le paradigme naturel de la Physique quantique!

L'Univers TOTAL, U, est à la fois le plus petit et le plus grand quantum

Théorie universelle des ensembles

La notion de Chose est la notion quantique la plus fondamentale.
Elle est le modèle le plus fondamental, la qualité commune à toutes les choses.
Elle est l'unité absolue, le quantum universel, le quantum de l'Univers TOTAL.
Toute chose X donnée est un quantum,
et l'Univers TOTAL, U, l'Ensemble de toutes les choses,
est donc l'ensemble de tous les quanta (ou quantums), le plus grand ensemble quantique.
Mais chose très importante: il est à la fois le plus petit quantum et le plus grand quantum!

L'Univers TOTAL, l'Unité universelle

L'Univers TOTAL, U, l'Ensemble de toutes les choses,
est à la fois le plus petit quantum et le plus grand quantum!
Tout autre quantum X (toute autre chose X donc) est un multiple du quantum U.
On a X = UUU...U ou X = Q x U, où Q est un certain nombre entier naturel.
En particulier, si la chose X est l'Univers TOTAL,
on a Q = 1 pour dire que l'Univers TOTAL est considéré en tant que quantum ou unité
(et dans ce cas on l'appelle l'Alpha ou l'Unit),
et on a Q = ω pour dire que l'Univers TOTAL est considéré en tant qu'ensemble quantique
(donc le plus grand quantum, appelé l'Oméga, l'Infinit).

Le nom commun Chose désigne tout simplement le plus grand ensemble quantique qui soit, l'ensemble de toutes les choses, que nous appelons l'Univers TOTAL, que nous notons U! Ce quantet est d'une extrême importance, car toute chose, quelle qu'elle soit, est un quantum de cet ensemble. Toute chose obéit au modèle Chose, le modèle le plus fondamental qui soit, le modèle de l'Univers TOTAL!

C'est ce ensemble quantique suprême qui fait que tout ensemble E est quantique, car tout ensemble est tout simplement une partie de l'Univers TOTAL, ce qui signifie que tous les éléments de E sont aussi des éléments de U. Et l'ensemble E est aussi une chose, donc il est un quantum (ou élément) de l'Univers TOTAL.

Ce qui précède implique que pour tout ensemble E, quel qu'il soit, par exemple un humain nommé Théophile, est un ensemble quantique, dont les quanta peuvent être définis par un nom commun ayant exactement le sens de "chose constituant Théophile", qui nomme donc ce modèle de choses. Autrement dit, on peut toujours un nom commun, par exemple Théophilum, qui caractérise dans l'Univers TOTAL les choses constituant Théophiles et elles seules, qui les distingue des autres choses, très axactement comme le mot Proton caractérise les protons et eux seuls, les distinguant des autres choses de l'Univers.

Nous avions donc vu comment exhiber le modèle et l'ensemble quantique associé à un nom commun. Et maintenant nous avons vu aussi comment faire l'inverse: introduire un nom commun qui désigne un ensemble quantique et un modèle. Et c'est le modèle Chose, le modèle le plus fondamental (ce qui revient aussi à dire le modèle Univers TOTAL car les deux modèles sont très liés, synonymes tout simplement), qui nous permet de faire cette opération inverse.

Et enfin (charité bien ordonnée commence par soi-même), le nom commun Ensemble signifie qu'on parle de l'ensemble quantique qui est... eh bien l'ensemble de tous les ensembles! Cet Ensemble (qui n'est en fait qu'une autre façon de parler de l'Univers TOTAL ou l'ensemble de tous les ensembles) pose des problèmes dans les mathématiques actuelles, simplement parce que les mathématiques et les sciences ne sont pas fondées sur leur paradigme naturel, à savoir l'Univers TOTAL. Et plus précisément encore, le problème vient de ce que les sciences actuelles fonctionnent avec la Logique Négative au lieu de la Logique Alternative (voir Problème de la Négation, Paradoxe de la NON-Existence, Théorème de l'Existence et La Négation Absolue: la vraie cause de tous les Paradoxes).

Dieu, c'est-à-dire l'Univers TOTAL, ne joue pas aux dés... Il ne joue aux dés que dans les contextes limités.
L'Univers TOTAL et la question de l'indéterminisme, de l'incertitude et du hasard de physique quantique

"Dieu ne joue pas aux dés". Cette phrase d'Einstein est devenue célèbre. Il refusait par là l'interprétation de l'"Ecole de Copenhague" qui au début du XXème siècle a posé les fondements de l'actuelle physique quantique. Contrairement au monde de l'infiniment grand et de la relativité d'Einstein où c'est le déterminisme qui règne (on peut connaître avec une précision et une certitude sans limite l'état et le mouvement d'un objet physique), le monde de l'infiniment petit et de la mécanique quantique née de l'Ecole de Copenhague est tout le contraire! Là règne l'indéterminisme, l'incertitude et le hasard. Là, pour un objet physique (une particule par exemple), connaître son état, son mouvement, etc., est une question de probabilité. On ne mesure pas une grandeur G comme à nos échelles ou aux échelles de l'infiniment grand et dire tout simplement que G vaut V, mais on mesure la probabilité pour G d'être V. Cette probabilité peut être par exemple de 0.3 ou 30%.

Einstein refusait cette vision probabiliste de l'Univers selon la mécanique quantique. Oui, Dieu (c'est-à-dire la Nature ou l'Univers chez Einstein) ne joue pas pas aux dés. Il croyait dur comme fer qu'il doit exister un moyen de mesurer avec certitude comme dans le monde de l'infiniment grand.

Il est aujourd'hui communément admis qu'Einstein avait tort et que l'Univers à l'échelle quantique est obligatoirement probabiliste. On voit Einstein comme devenu "vieu jeu", comme dépassé par le train de la nouvelle physique. Pas si sûr, car aujourd'hui le paradigme de l'Univers TOTAL permet de nuancer aussi bien l'une des positions que l'autre. En fait, les deux positions sont vraies, mais la plus grande vérité est... du côté d'Einstein!

En effet, la physique quantique est probabiliste quand on regarde les choses seulement dans un contexte donné qui n'est pas l'Univers TOTAL, mais cette physique n'est plus probabiliste quand on regarde les choses à l'échelle de l'Univers TOTAL. Comme nous allons le comprendre, à cette échelle, c'est donc vrai que DIEU, c'est-à-dire l'Univers TOTAL, ne joue pas aux dés.

La première et la plus importante raison est le Théorème de l'Existence, le théorème même de l'Univers TOTAL. De par sa définition, à savoir l'Ensemble de toutes les choses, "Toute chose existe dans l'Univers TOTAL". Toutes les situations existent, tous les cas de figure existent, toutes les combinaisons existent, toutes les configurations existent, toutes les possibilités existent, etc. Bref, toute chose existe et son contraire aussi, toutes les alternatives existent (voir Logique Alternative, Logique Cyclique, Logique FRACTALE).

Par conséquent, à l'échelle de l'Univers TOTAL, tout est déterminé, tout est vrai, la probabilité de trouver une chose donnée dans l'Univers TOTAL est toujours 1 ou 100%! Il n'est donc pas nécessaire de manipuler les fonctions d'ondes ou de résoudre des équations de Schrödinger pour mesurer ou déterminer la probalité d'un événement, si la question est posée à l'échelle de l'Univers TOTAL. L'indétermination, l'incertitude, la probabilité, le hasard, n'a lieu que dans un contexte donné de l'Univers TOTAL qui n'est pas l'Univers TOTAL.

Par exemple, si nous lançons une pièce en l'air, la probabilité pour qu'elle tombe sur le côté Pile par exemple est de 0.5 ou 50%. Dans le paradigme actuel (celui de l'Ecole de Copenhague) cette expérience n'est pas de nature quantique car une pièce est un objet de notre échelle. Mais dans le paradigme de l'Univers TOTAL (le plus grand ensemble quantique), tout est quantique, et cette expérience de lancer de la pièce est quantique aussi. La probabilité de 0.5 d'avoir le côté Pile est tout simplement une donnée quantique dont il faut comprendre le sens maintenant. Et alors on comprend aussi ce qui se passe pour les objets dits quantiques, comme les particules.

Dans le paradigme scientfique actuel, si par exemple la pièce retombe sur Pile, on dira que l'événement (la vérité ou la réalité) dans TOUT l'Univers est que la pièce est tombée sur Pile, et que l'autre affirmation (à savoir que la pièce est retombée aussi sur Face) est fausse dans l'Univers. De même, en "jouant au dé", en lançant un dé à six faces numérotées de 1 à 6, et si le résultat obtenu est par exemple la face 4, on dira que l'événément dans TOUT l'Univers est que le dé a présenté la face 4, c'est la seule vérité à l'échelle de l'Univers, les autres événements qui étaient possibles (à savoir obtenir par exemple 1, 2, 3, 5 ou 6) sont faux.

Mais c'est là où c'est plutôt nos actuels paradigmes qui sont FAUX! En effet, nous ne raisonnons pas à l'échelle de l'Univers TOTAL, et sans en avoir conscience nous ne raisonnons que dans un Univers particulier, le nôtre!

Le Théorème de l'Existence (qui est simplement synonyme de la définition de l'Univers TOTAL) qui que "Toutes choses existent dans l'Univers TOTAL", donc tous les cas de figure existent. Le résultat Pile qu'à donné la pièce signifie simplement que c'est le résultat dans NOTRE Univers, et qu'en vertu de ce théorème il existe un autre Univers où toutes choses étant égales par ailleurs, c'est le côté Face qu'à donné la pièce! Les gens qui sont nos versions correspondantes dans l'autre Univers (ce qu'on appelle couramment un "Univers parallèle"), qui avaient eux aussi la probabilité de 0.5 que la pièce tombe sur le côté Face, commettraient la même erreur en disant que ce résultat qu'ils sont obtenu est la seule vérité dans l'Univers TOTAL, niant donc notre vérité à nous.

Les deux Univers, le nôtre et le leur, sont quantiquement liés. La pièce est tombé sur Pile chez nous parce qu'elle est tombée sur Face chez eux; et elle est tombée sur Face chez eux parce qu'elle est tombée sur Pile chez nous. Chacun des deux événements est à la fois la cause et l'effet de l'autre, ce qui finalement veut dire qu'il est sa propre cause. C'est l'occasion de dire que la causalité change du tout au tout dans le paradigme de l'Univers TOTAL.

De même, dans l'expérience du jet du dé à six faces, la probabilité dans notre Univers est de 1/6 pour avoir une face donnée, comme par exemple la face 4. Si nous obtenons cette face, ce serait une erreur de dire que dans TOUT l'Univers, c'est-à-dire dans l'Univers TOTAL, la seule vérité est que l'expérience a donné 4, les cinq autres possibilités avant le jet du dé n'étant pas réalisées donc étant fausses.

Mais cette probabilité de 1/6 est à interpréter maintenant comme voulant dire qu'il existe six Univers parallèles dans lesquelles la probabilité de l'expérience est de 1/6. Les cinq autres résultats ne sont faux que dans NOTRE Univers, car les six événements ont eux lieu dans l'Univers TOTAL, où la la probabilité est toujours de 1 ou 100%! Là, tous les événements existent, toutes les possibilités sont aussi des réalités!

Ainsi donc, l'Univers TOTAL ne joue aux dés que dans des contextes limités, mais ne joue pas aux dés dans le contexte général qu'il est. Il découle de ceci que plus un contexte de l'Univers TOTAL est large (ce qui est justement le cas de ce que nous appelons l'infiniment grand, le domaine de la relativité), plus il se comporte comme l'Univers TOTAL, c'est-à-dire moins il est probabiliste, car la probabilité est de plus en plus grande qu'une chose cherchée s'y trouve, qu'un événement donné s'y produise, ou qu'une mesure ait exactement la valeur cherchée.

A l'inverse, plus un contexte est restreint (ce qui est justement le cas de ce que nous appelons l'infiniment petit) moins il se comporte comme l'Univers TOTAL, c'est-à-dire plus il est probabiliste, car la probabilité est de moins en moins grande qu'une chose cherchée s'y trouve, qu'un événement donné s'y produise, ou qu'une mesure ait exactement la valeur cherchée.

Cependant, une autre très importante caractéristique de l'Univers TOTAL, sa structure générescente et fractale, permet de rendre déterministe tout contexte donné, serait-il l'échelle infiniment petit! En effet, la structure fractale de l'Univers TOTAL fait qu'une échelle infiniment petite d'un certain point de vue est toujours infiniment grande d'un autre point de vue, et vice-versa.

L'indéterminisme des échelles quantiques (qui est un tout autre problème que celui très normal de la probabilité) est dû au fait qu'on ne prend pas en compte cette structure fractale, c'est-à-dire simplement qu'on ne fonctionne pas dans le paradigme de l'Univers TOTAL.

Par exemple, on peut voire uniquement un électron comme une particule ou un objet ponctuel qui peut être localisé en un point donné d'un repère, qui possède des paramètres de mouvements précis, alors que si l'on se place à son échelle, il est tout un Univers, donc délocalisé, possédant lui-même des électrons ayant tous les paramètres de mouvement possibles. C'est ce qui peut donner l'impression d'indétermination à propos de l'état et du mouvement de cet électron, ou qu'à certaines échelles comme aux échelles de Planck tout s'effondre et qu'on se trouve dans un monde où tout est vrai et le contraire de tout aussi. Mais en réalité, cela veut dire simplement qu'on se retrouve dans un nouveau contexte qui commence à se comporter comme l'Univers TOTAL! L'explication est très simple donc: la structure de l'Univers est fractale!

La nouvelle physique quantique et la question de l'unification des interactions fondamentales;
L'Univers TOTAL, le paradigme naturel la de Physique du TOUT!
Il nous faut nous libérer de l'approche anthropocentrique de la physique...

Il nous faut aujourd'hui unifier les quatre interactions fondamentales connues... et toutes les autres inconnues!

Les quatre interactions actuellement connus de la Physique

Les quatre interactions fondamentales actuellement connues:
- la gravitation: la force d'attraction entre les grands corps (terre et lune par exemple);
- l'interaction électromagnétique: la force d'attraction entre les particules chargées électriquement;
- l'interaction forte: l'interaction entre les quarks, sous-particules du proton et du neutron;
- l'interaction faible: l'interaction concernée par la radioactivité, phénomène du noyau atomique.
A l'époque d'Einstein, seules les deux premières étaient connues.
Aujourd'hui on en connaît quatre. Et demain?

Après ses grands succès obtenus au début du XXème siècle avec ses deux Théories de la relativité (la relativité restreinte et la relativité générale), Einstein s'est attelé à un très ambitieux projet: unifier toutes les forces (ou interactions) de la physique. Cela signifie que l'Univers tout entier, de l'Infiniment petit à l'Infiniment grand serait décrit par une seule équation fondamentale ou par un seul jeu d'équations, d'un seul et même modèle ou langage de la physique. En d'autres termes, il obtiendrait ainsi à la Physique du TOUT, et cette équation miraculeuse ou ce jeu d'équations pourrait être appelé la "Pensée de Dieu", mot "Dieu" qui chez Einstein signifie "Nature" ou "Univers".

Il faut d'abord dire qu'à l'époque d'Einstein, on ne connaissait que deux interactions fondamentales: la gravitation (qui est l'objet de la théorie de la relativité générale) et l'électromagnétisme (domaine unifié par le magnifique jeu des quatre équations de Maxwell). Par conséquent, même si Einstein avait réussi à unifier ces deux forces, l'équation obtenue (ou le jeu d'équations obtenues) n'aurait pas été le Saint-Graal cherché, à savoir l'équation ou la formule ultime de l'Univers!

Einstein travailla à ce projet en vain, jusqu'à la fin de sa vie. Après lui, beaucoup ont poursuivi ce projet de la Phyisique du TOUT, mais cette fois-ci en commenttant aussi l'erreur de penser que les quatre interactions connues sont les seules forces de l'Univers. Quand bien même on réussirait cette emprise, elle serait à revoir le jour où l'on découvrirait une cinquième interaction.

Parler de Physique du TOUT c'est obligatoirement parler de l'Univers TOTAL! Il nous faut nous libérer de l'approche anthropocentrique de la science.

L'Arbre, la structure fractale la plus familière

La manière actuelle de faire la science est comme prendre un arbre à l'envers:
l'aborder dans le mauvais sens, des feuilles et des branches vers le tronc et la racine,
au lieu de le prendre dans le bon sens: de la racine et le tronc vers les branches et les feuilles.
Dans le mauvais sens, on se heurte à l'"Effet Forêt"", l'arbre ressemble alors à une forêt,
sa structure simple échappe, c'est difficile d'unifier des branches plus petites en une plus grosse branche.
C'est d'une manière globale qu'il faut aborder l'Univers,
il pour cela il faut le définir dans un langage scientifique fondamental,
qui est ce que nous appelons le Langage universel des ensembles.
En d'autres termes, prendre l'arbre par la racine c'est tout simplement fonder toute la science
sur l'Univers TOTAL, l'Ensemble de toutes les choses, le plus grand ensemble quantique.

On peut voir les quatre interactions connues actuellement en physique comme quatre branches d'un arbre, et la formule ultime de l'unifictaion des quatre forces comme la racine de l'arbre. C'est la formule qui permettrait alors de décrire tout l'arbre. Mais en abordant le problème ainsi, on prend l'arbre à l'envers!

Et plus généralement, nous qualifions d'anthropocentrique la manière actuelle de faire la physique: c'est la philosophie qui consiste à tout baser sur ce que nous connaissons, ce que nous pouvons observer, mesurer (méthodologie expérimentale). Nous partons de nous pour tenter de comprendre l'Univers, ce qui est très normal. Mais le piège est alors de réduire l'Univers à ce que nous sommes, de prendre NOTRE Univers pour l'Univers TOTAL, NOTRE réalité pour toute la réalité, NOTRE vérité pour toute la vérité, les interactions que nous connaissons pour toutes les interactions, etc.

A cet anthropocentrisme absolu qui a dominé la physique jusqu'ici il faut aujourd'hui préférer un anthropocentrisme relatif, ce qui veut dire que nous partons de nous et de ce que nous connaissons pour essayer de comprendre l'Univers, certes, mais surtout il faut partir de l'Univers pour nous comprendre. Cette approche est dite universelle ou globale, et elle signifie simplement qu'on part de l'Univers TOTAL.

U Générescence illustrée par un Triangle de Sierpinski

La structure fractale de l'Univers TOTAL unifie dans une même Loi
la physique de l'infiniment petit et la physique de l'infiniment grand.

Une chose est très simple: le projet de la Physique du TOUT est impossible si on ne parle pas d'Univers TOTAL! Physique du TOUT et Univers TOTAL sont tout simplement synonymes. Et même, le mot TOUT à lui seul signifie Univers TOTAL: l'Ensemble de TOUTES les choses!

Si donc nous abordons la question de l'unification de la physique sous l'angle de l'unification des forces d'interaction, non seulement nous prenons l'arbre à l'envers (des branches vers la racine) mais même en admettant que nous ayons réussi à unifier les quatre forces, rien ne garantit que nous n'avons pas oublié quelque chose en route (une cinquième force inconnue ou quelque chose d'autre). Le risque est grand que nous ayons oublié quelque part un certain ingrédient dans la recette de la Physique du TOUT, c'est même très certain qu'il existe forcément quelque chose que nous ne connaissons pas actuellement, et qui manque à l'appel. Nous aurons seulement obtenu la Physique d'un certain Tout, celle de NOTRE Univers seulement, par exemple, et non pas de l'Univers TOTAL, le Grand TOUT, l'Ensemble de TOUTES les choses.

Et, ce qui est agréable à savoir, c'est que moins il manque de choses à l'appel pour faire la Physique du TOUT, plus finalement la physique sera très simple, moins douloureuse à faire. En effet, faire la physique d'un Univers particulier ou d'un système particulier est en règle très générale plus difficile que faire celle de l'Univers TOTAL, d'un système global. Autrement dit les lois générales sont généralement plus simples que les lois particulières, ou alors c'est que le problème a été mal abordé.

Par exemple, que ce soit les équations de Maxwell, l'équation de Schrödinger ou même les équations de la relativité, elles sont relativement simples quand on les formule dans toute leur généralité. Mais c'est complement une autre affaire quand on écrit les mêmes équations pour un système particulier. Il faut alors expliciter les opérateurs, les matrices, les tenseurs, les veteurs, etc., et introduire les caractéristiques propres au système particulier.

Bref, le plus simple pour faire la Physique du TOUT est de partir de l'Univers TOTAL, la Racine de l'arbre, et qui est aussi du même coup la Formule d'unification cherchée! Cette formule n'était pas à calculer mais à définir tout simplement! Il suffisait de dire que l'Univers TOTAL est l'Ensemble de TOUTES les choses, et tout le reste de la physique consiste à déduire les conséquences de cette définitions, donc à faire des physiques particulières.

Avec l'Univers TOTAL donc, on n'a plus besoin d'unifier quoi que ce soit, car TOUT est unifié dès le départ! Et on est sûr de n'avoir oublié aucun ingrédient en route, à partir du moment où l'on a dit: l'Ensemble de TOUTES les choses! Tous les ingrédients de la cette physique y sont d'office. S'il n'existe effectivement que quatre forces d'interactions, elles y sont les quatre. Et s'il en existe une cinquième inconnue, elle y est aussi d'office, oui elle est dans l'Ensemble de TOUTES les choses, dans le plus grand ensemble quantique!

Le modèle de l'arbre pour dire qu'il faut aborder la physique par la racine (l'Univers TOTAL) et non pas par les branches (les forces d'interaction entre autres), n'est pas pris au hasard. Car un arbre est tout simplement une structure fractale, une structure générescente. Et cette structure, c'est tout simplement celle de l'Univers TOTAL (voir la La Structure Fractale : la clef de la compréhension de l'Univers et Générescence et Structure FRACTALE).

La structure fractale résout le problème de l'unification de l'Infiniment petit et l'Infiniment grand.
Le Mur de Planck disparaît avec l'Univers TOTAL, l'Univers FRACTAL.

Le problème épineux que l'on rencontrait jusqu'ici est d'unifier la relativité d'Einstein (la physique de l'infiniment grand) à la mécanique quantique (la physique de l'infiniment petit). Cette difficulté d'unification venait du fait que l'Univers a la structure fractale et que, que comme le monde la fractale ci-dessus, c'est uniquement dans ce paradigme que l'Infiniment petit (Alpha) et l'Infiniment grand (Oméga) obéissent exactement au même modèle, à la même structure, au même langage, aux mêmes lois.

Actuellement, les lois de la physique s'éffondrent au-delà l'échelle de Planck: longueur de Planck lp de l'ordre de 10-33 m et temps de Planck tp de l'ordre de 10-43 s.

Ces grandeurs de longueur et de temps sont extrêmement petites. En remontant par exemple vers le Big Bang (l'instant 0) et en voulant décrire l'évolution de l'Univers, les lois de la physique actuelles restent valables jusqu'à jusqu'au temps de Planck, très très proche du 0 donc. A cette époque, la taille de l'Univers tout entier est de l'ordre de grandeur de la longueur de Planck, si petite qu'elle est pour ainsi dire presqu'un point. Et le "presque" est ici très important, car dès veut aller au-delà de cette limite pour se rapprocher encore plus du Big Bang, tout s'effondre. La physique telle qu'on la connaissait jusqu'ici ne fonctionne plus. C'est ce qu'on appelle le "Mur de Planck".

Mais en réalité, il n'y a pas de "Mur de Planck". La diffulté qu'on rencontre pour unifier l'Infiniment petit (Alpha) et l'Infiniment grand (Oméga) dans une seule et même physique, ou l'effrondrement de la physique qui se produit à l'échelle de Planck est simplement dû au fait que la physique actuelle ne décrit pas l'Univers avec un modèle de structure fractale, alors que l'Univers est fractal! En d'autres termes, on ne fonctionne pas dans le paradigme de l'Univers TOTAL.

En considérant la structure fractale ci-dessus, l'Univers tel que nous le vivons actuellement est comme le triangle Oméga, et l'Univers à l'échelle de Planck est comme le triangle Alpha. On voit bien que la structure telle qu'on la connaît dans le triangle Oméga (qui représente donc les lois de la physique actuelle) disparaît quand la structure est grosse comme Alpha. Ou (ce qui revient au même), en regardant Alpha seul et sans savoir que ce point est une structure fractale, il nous est impossible de deviner ce qu'il sera quand il sera grand comme Oméga.

Mais dès qu'on sait que l'Univers a une structure fractale ou une structure générescente, le "Mur de Planck" disparaît, car on sait aussi ce qui se passe au-delà d'Alpha (en allant vers les infiniment petits) ou au-delà d'Oméga (en allant vers les infiniment grands). On sait qu'au-delà des échelles de Planck, on retrouve tout simplement tout ce qu'il y avait avant, que tout point cache l'Univers TOTAL, que l'Univers TOTAL est aussi un point! On sait qu'avant le Big Bang qui donne naissance à l'Univers il y avait une autre version de l'Univers, l'Univers TOTAL U se répète indéfiniment en lui-même et hors de lui-même. Et la formule générale de l'Univers, qu'on pensait très compliquée, est aussi simple que les équivalences suivantes:
Alpha = Oméga;
0 = 1;
1 = 2;
U = UU; etc.

Univers TOTAL, INFORMATION, Générescence, Cycle, Corde, Particule, Atome, Molécule, Matière;
La Théorie des cordes dans le paradigme de l'Univers TOTAL, de la Générescence, de l'Equivalence et du Cycle

Univers TOTAL, Théorie des cordes, Théorie de la Générescence

Le concept de "corde" ou la Théorie des cordes
est sans aucun doute l'idée la plus puissante de toute la physique actuelle!
La raison est toute simple: c'est l'idée la plus proche du paradigme de l'Univers TOTAL.
L'autre idée très forte, défendue par exemple par les frères Igor et Grichka Bogdanov,
est celle d'Univers-INFORMATION,
l'idée qu'avant le Big Bang, l'Univers était tout entier de l'INFORMATION.
C'est dans le paradigme de l'Univers TOTAL que toutes les bonnes idées se rejoignent.

L'actuelle Théorie des cordes s'arrête au niveau de la notion corde.
Le paradigme de l'Univers TOTAL permet d'aller plus loin, jusqu'à la notion de cycle,
qui donne tout son sens à tous les concepts liés à la notion de corde.
Et la notion de cycle est elle-même directement liée à celle de générescence,
la notion d'INFORMATION la plus fondamentale et la plus puissante:
l'information unaire, constituée d'une seule information élémentaire: U!

La Théorie des cordes est sans aucun doute actuellement le concept de physique le plus puissant, le plus près de l'objectif de l'unification de la physique. Car c'est le concept le plus près du paradigme de l'Univers TOTAL. Le seul problème de cette théorie est qu'elle prend la question de l'unification de la physique par le mauvais bout (l'approche anthropocentrique examinée plus haut) au lieu de le prendre par le bon, à savoir se fonder sur l'Univers TOTAL.

Pour les théoriciens des cordes, tout et absolument tout dans l'Univers est fondamentalement constitué d'un matériau fondamental, de minuscules "brins d'énergie" appelées "cordes". Et toutes les particules et toutes leurs caractéristiques (masse, charge, spin, etc.) ne sont que des "modes de vibration" de ces cordes.

Cette idée est très juste! Dans le pardigme de l'Univers TOTAL, cette idée se précise encore plus, et on comprend encore plus la nature exacte de ces "cordes" et de ce qui est appelé leurs "modes de vibration". Ces "cordes" ou "brins d'énergie" sont tout simplement les gérérescences, les "brins d'information": U, UU, UUU, UUUU, UUUUU, UUUUUU, UUUUUUU, .... Les informations, encore appelées les codes des choses, sont tout simplement les nombres ordinaux: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, ... ou les nombres cardinaux: 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, .... Ces informations sont constituées d'une seule information élémentaire, U, la plus petite information, la plus petite "corde", la plus petite unité d'énergie, qui est l'Univers TOTAL. Mais l'Univers TOTAL, U, contient déjà toute l'information! C'est l'idée que la plus petite unité est aussi le tout, qui constitue la structure fractale de l'Univers TOTAL!

Et maintenant, dans chaque gérérescence il se produit toutes les combinaisons d'équivalences, et chaque équivalence est appelée un cycle. Et les différents cycles d'une générescence (une "corde" donc) constituent ses modes de vibration.

Par exemple, la générescence UUUUU, qui est l'ordinal 5 ou cardinal 4, possède 5 équivalences qui sont ses cinq cycles ou modes de vibration:
- Cycle 0 : U = U ou 1 = 1 ou 0 = 0
- Cycle 1 : U = UU ou 1 = 2 ou 0 = 1
- Cycle 2 : U = UUU ou 1 = 3 ou 0 = 2
- Cycle 3 : U = UUUU ou 1 = 4 ou 0 = 3
- Cycle 4 : U = UUUUU ou 1 = 5 ou 0 = 4

Ces cycles peuvent être écrit sous la forma de la chaîne d'équivalences suivante: U = U = UU = UUU = UUUU = UUUUU

De même, la générescence UUUUUUU, qui est l'ordinal 7 ou cardinal 6, possède 7 équivalences qui sont ses cinq cycles ou modes de vibration:
- Cycle 0 : U = U ou 1 = 1 ou 0 = 0
- Cycle 1 : U = UU ou 1 = 2 ou 0 = 1
- Cycle 2 : U = UUU ou 1 = 3 ou 0 = 2
- Cycle 3 : U = UUUU ou 1 = 4 ou 0 = 3
- Cycle 4 : U = UUUUU ou 1 = 5 ou 0 = 4
- Cycle 5 : U = UUUUUU ou 1 = 6 ou 0 = 5
- Cycle 6 : U = UUUUUUU ou 1 = 7 ou 0 = 6

Ces cycles peuvent être écrit sous la forma de la chaîne d'équivalences suivante: U = U = UU = UUU = UUUU = UUUUU = UUUUUU = UUUUUUU

Générescences, Cycles et Ondes

Générescences, Cycles et Ondes (Vibration des "Cordes").
A chaque générescence est associé un ensemble de cycles qui sont autant de types d'ondes.
Chaque cycle est une fréquence donnée,
par exemple le Cycle signifie 3 périodes par unité, ou 3 sous-cycles du Cycle 1.
Le reste est une affaire de propriétés mathématiques des nombres.
C'est ce qui fait la différence entre une chose et une autre dans l'Univers TOTAL.
Au stade le plus fondamental, toute la physique est de la mathématique et de l'informatique pure!
A ce stade, on ne sépare plus ces domaines, car ils sont un seul et même domaine.
Autrement dit, au stade le plus fondamental, toute chose est un nombre, une information!
On ne se demande plus: "Quelle chose existe dans l'Univers et quelle chose n'existe pas",
car on ne se demande pas: "Quel nombre existe et quel nombre n'existe pas"!
(Voir le Théorème de l'Existence)

Au stade le plus fondamental de l'Univers, tout est donc INFORMATION et informatique pure, NOMBRE et mathématique pure! C'est alors qu'en en scène les caractéristiques des nombres: pair, impair, premier, divisible, etc. Et aussi la taille de l'information ou du nombre est déterminante: au fur et à mesure la générescence augmente en tant que nombre, elle devient un physique de plus en plus complexe: corde, particule, atome, molécule, matière de notre échelle, etc. Et il faut les cordes dont parlent les théories des cordes actuelles comme des objets de bien plus haut niveau que les générescences, qui elles sont de l'information à l'état pur.

Autre point important: parce qu'elles abordent la question de l'unification de manière anthropocentrique comme vue plus haut, les actuelles théories des cordes voient l'Univers comme un Univers en dix ou onze dimensions, ce qui est nettement mieux que les quatre dimensions habituelles, mais ce qui est loin d'être l'infinité des dimensions de l'Univers TOTAL.

Le paradigme de l'Univers TOTAL n'unifie pas que la physique, mais unifie la physique, la mathématique, l'informatique, etc. La notion de générescence est la notion de corde la plus fondamentale, et elle est fait un avec la notion de nombre. Cela veut dire que désormais toute vérité mathématique traduit toujours une certaine réalité de l'Univers TOTAL. Il suffit d'étudier les générescences et leur propriétés mathématiques pour étudier aussi du même coup toutes les choses de l'Univers TOTAL, tous les modèles d'Univers possibles et imaginables. On ne plus une mathématique appliquée à la physique, mais une mathématiques qui EST la physique, et une physique qui EST la mathématique. A l'échelle la physique est de la mathématique pure, elle est de l'informatique pure!

Voir aussi...