Couleur de U selon la catégorie

L'Univers TOTAL U
est l'Ensemble de toutes les choses.
IL a une Structure FRACTALE.
IL est le Paradigme d'une nouvelle Science :
la Théorie Universelle des Ensembles,
la Science de l'Univers TOTAL,
l'Univers-DIEU...

Vous êtes ici  >  Accueil : U_Science  >  U_Cybernétique  >  Le Verba : la Linguistique universelle, la Langue universelle

Le Verba : la Linguistique universelle, la Langue universelle

L'ABECIDO, l'Alphabet cyclique du Verba

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO circulaire
ABECIDO

L'Abecido, l'Alphabet cyclique du Verba, Cycle 40

Ce document s'inscrit dans la continuité des documents comme:
- Le Verba: la Langue du verbe ETRE, la Langue de l'Etre, la Langue de Dieu
- Le Verba: le Langage universel des ensembles
- Le Verba, le Langage Informatique de l'Univers TOTAL

Il présente le Verba du point de vue de sa forme, en tant que langue parlée: alphabet et phonétique, structure des mots, des synthaxe des expressions, etc. Et il pose les bases de la sémantique du Verba.

Le Verba est un nouveau langage scientifique et technologique, en l'occurrence le Langage universel des ensembles.
Au lieu donc d'avoir une multitude de langages, un langage pour chaque domaine: mathématique, physique, informatique, biologie, etc.,
on a un seul langage universel, qui est fidèle à la logique, à la structure et au fonctionnement de l'Univers TOTAL, pour faire toutes les sciences.
Et c'est un langage qui a aussi pour vocation d'être parlé comme n'importe quelle langue, comme l'anglais et le français par exemple.
Il cumule ainsi toute la puissance et tous les avantages des deux familles de langage:
d'un côté la précision et la puissance du langage scientifique et technologique, et de l'autre côté la richesse, la finesse, la souplesse et la convivialité du langage courant.
Un seul langage scientifique et universel dans lequel tout autre langage scientifique peut se redéfinir,
et une seule langue parlée très ouverte dans laquelle toute autre langue peut facilement s'intégrer...
Le Verba pourra se décliner sous différentes formes, par exemple une version pour chaque langue: français, anglais, suédois, etc..
Et pourtant, on aura toujours le même langage fondamental, le même "langage machine" (pour employer une expression que les informaticiens connaissent),
à savoir le Langage universel des ensembles.
On entre alors dans un monde où l'on a une infinité de langues (comme maintenant) et pourtant fondamentalement une seule et même langue!
La traduction d'une langue à l'autre sera parfaite, puisque toutes les langues auront le même format: le Langage universel des ensembles.
C'est donc la fin du Phénomène Tour de Babel, qui caractérise l'ensembles des langues actuelles.
Et aussi, l'enjeu est que dans les générations futures, il suffira pour un enfant d'apprendre sa langue maternelle
pour être aussi du même coup mathématicien, physicien, informaticien, biologiste, etc.
En effet, tous les mécanismes du raisonnement scientifique, toute la logique des objets et des notions scientifiques (par exemple toute la logique des nombres et des opérations)
sont intégrés au Verba, qui réflète toute la logique de l'Univers TOTAL.
Les mots, les phrases, la conjugaison, la grammaire, etc., ne se forment plus selon des règles aléatoires au gré de l'histoire aléatoire des peuples et de leurs langues,
mais se forment selon les lois et le fonctionnement de l'Univers, dont ils sont le fidèle reflet.

Nous allons ici mettre en oeuvre les bases du Verba Standard, qui servira de référence pour le Verba de n'importe quelle langue.
Nous adoptons pour cela un Alphabet spécial, à la fois un alphabet scientifique et technologique, et à la fois l'alphabet d'une langue parlée.
Cet alphabet consiste à affecter une lettre à chaque élément de la Générescence U_1D, qui est simplement la description en une dimension de la structure fractale de l'Univers TOTAL:
...UUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU....
Si nous lisons cette information vers la droite en partant du U choisi comme point de départ,
cette information U est appelée A, l'information UU est appelée B, l'information UUU est appelée... E, etc.
(pour bien comprendre comme est fait cet alphabet et pourquoi il est ainsi, voir Le Verba, le Langage Informatique de l'Univers TOTAL).

L'Alphabet du Verba possède 40 lettres de base. Il est basé sur les 26 lettres de l'Alphabet latin classique (qui a 20 consonnes et 6 voyelles).
Le cycle de base est fait des 20 consonnes de l'Alphabet latin et 20 voyelles, qui alternent avec les consonnes.
Comme l'Alphabet latin ne compte que 6 voyelles (A, E, I, O, U, Y), les 20 voyelles du Verba sont définis comme cinq cycles de quatre voyelles élémentaires: A, E, I, O.
Cela veut dire que chacune des quatre voyelles de base a cinq variantes; nous avons donc cinq A (A1, A2, A3, A4, A5), cinq E (E1, E2, E3, E4, E5), et ainsi de suite.
Chaque variante des quatre voyelles de base a sa propre prononciation, comme montré ci-dessous.
La voyelle Y est définie comme étant I4, et la voyelle U est définie comme étant O4.

Menu de la rubrique

Prononciation du Verba

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO linéaire

L'ABECIDO, l'Alphabet cyclique du Verba, un Alphabet 40.
En Verba, "Lettre" se dit "Mel" et plus généralement "Wel" (incluant les digrammes ou autres).
Le mot "Voyelle" se dit "Amel" (comme "A") et plus généralement "Awel".
Le mot "Consonne" se dit "Bamel" (comme "B") et plus généralement "Bawel".
Le mot "Mot" se dit "Met" et plus généralement "Wet" (incluant des expressions plus ou moins complexes).
Et enfin le mot "Alphabet" se dit simplement, eh ben... "Abecido".
Mais on peut aussi dire : "Alphabet"...

Le diagramme ci-dessus indique la prononciation des lettres du Verba dans l'Alphabet Phonétique International (API). A défaut pour l'instant de vous proposer dans ce site une fonctionnalité permettant d'entendre la prononciation des mots et des phrases du Verba (c'est en projet), cliquez sur l'image de l'alphabet pour accéder à la page de Wikipedia consacrée à l'API et qui permet d'écouter la prononciation des lettres du Verba. Certains des symboles de l'API sont donnés ci-après, si vous ne savez pas à quels sons ils correspondent, cliquez sur eux pour accéder directement à la page de Wikipedia permettant d'entendre leur prononciation.

Le Verba se prononce exactement comme il est écrit. Toutes les lettres d'un mot se prononcent, sauf si la lettre compose un digramme, comme par exemple BH (/β/) ou EE (/œ/). Et même dans ce cas, si on ne sait pas prononcer le digramme, on a un son en général approchant en prononçant au pire séparément les lettres du digramme, en particulier s'il s'agit de digrammes de consonnes, comme par exemple BH (/β/). Une même unité phonétique (lettre, syllable, digramme, trigramme, mot, etc.) se prononce toujours de la même manière, quelles que soient les circonstances!

Par exemple, C se dit toujours /t͡ʃ/, comme dans le mot "scien" ("science"), qui se dit donc : /s.t͡ʃ.ɪ.ɛ.n/, ou dans "cuna" ("moins de"), qui se dit: /t͡ʃ.u.n.a/. La version voisée de C est G, qui se dit toujours /d͡ʒ/, comme dans le mot "logia" ("langage"), qui se dit: /l.ɔ.d͡ʒ.ɪ.a/, ou comme dans "guna" ("plus de"), qui se dit: /d͡ʒ.u.n.a/. On trouve les deux sons par exemple dans le mot anglais "change".

A noter que le son /g/ classiquement assuré par la lettre G est assuré en Verba par la lettre... Q! Par exemple, le mot "loqia" ("langue") se dit: /l.ɔ.g.ɪ.a/. La raison de ce choix d'affecter le son /g/ à la lettre Q est qu'en français comme en anglais le son /k/ par exemple est disputé par les lettres C, K et Q, alors que C et G assurent au moins deux sons, comme aussi d'autres lettres surchargées comme elles. L'idée en Verba est qu'un son soit assuré par une seule lettre ou par une seule unité phonétique. Au besoin, on fait appel à des digrammes pour assurer l'unicité de la correspondance entre l'écrirure et le son.

A ce propos, en plus des 20 consonnes de base, le Verba utilise potentiellement 20x20 = 400 sons de consonnes qui sont des digrammes. Ce sont toutes les combinaisons possibles des 20 consonnes de base, ce qui permet potentiellement de couvrir les sons de consonne de toutes les langues du monde. Toutefois, dans sa version actuelle du Verba (la version 0.0), seul un petit nombre de consonnes supplémentaires est utilisé. Voici les principales, la plupart étant la modification d'une consonne de base par la consonne H:

  • BH : /β/, comme dans le mot "bhy" /βy/ ("vie"). Pour bien prononcer ce son intermédiaire en "B" et "V", il faut s'imaginer disant "B" en soufflant sur une bougie. Ce son est la version voisée de PH : /ɸ/
  • DH : /ð/, comme dans le mot "birdh" /b.ɪ.r.ð/ ("avion, navette spatiale"). C'est le son dans le mot anglais "The" ou "This" ou "That". Ce son est la version voisée de TH : /θ/.
  • PH : /ɸ/, comme dans le mot "phy" /ɸy/ ("matière"). Pour bien prononcer ce son intermédiaire entre "P" et "F", il faut s'imaginer disant "P" en soufflant sur une bougie. Ce son est la version sourde de BH : /β/.
  • SH : /ʃ/, comme dans le mot "shema" /ʃ.ɛ.m.a/ ("schéma"). C'est le son dans le mot français, eh ben..."schéma". Ce son est la version sourde de ZH : /ʒ/.
  • TH : /θ/, comme dans le mot "Thω" ou "Thëö" /θ.e.o/ ("Dieu"). C'est le son dans le mot anglais "Birth" ou "Month. Ce son est la version sourde de DH : /ð/.
  • ZH : /ʒ/, comme dans le mot "zhunkua" /ʒ.u.n.k.u.a/ ("chinois"). C'est le son dans les mots français "Je" ou "Joli" ou "Gentil". Ce son est la version voisée de SH : /ʃ/.
  • NJ : /ɲ/, comme dans le mot "kanjatoo" /k.a.ɲ.a.t.ʊ/ ("méchanceté"). C'est le son dans le mot français "Magnanime" ou "Magnifique".

L'étagère des 20 voyelles du Verba

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO linéaire

Les voyelles digraphiques du Verba
(clicquez sur l'image ou ici pour accéder à la page de Wikipedia permettant d'entendre la prononciation des voyelles.)
Les voyelles du Verba sont définies à partir des des six voyelles de l'alphabet latin,
et n'utlisent comme seule diacritique que le tréma, comme par exemple Ë /e/ et Ö /o/.
Parce qu'elles se distinguent le mieux de leur versions simples (E /ɛ/ et O /ɔ/),
celles-ci sont utilisées pour définir deux voyelles spéciales : Ø ou ÖË /o.e/ et Ω ou ËÖ /e.o/.
Ces voyelles servent à dire en Verba : Vide (ou Zéro) et Plein (ou Infini).

Le Verba compte 16 voyelles de base et 4 voyelles spéciales qui sont des digrammes avec la voyelle spéciale U:
- AU /aʊ/ ou en seconde prononciation /ɐ/, un son assez difficile à distinguer des autres formes de A
- EU /ɛʊ/ ou en seconde prononciation/ə/, un son courant en français et en anglais, mais qui en pratique apparaît comme une forme brève du son /œ/ noté EE ou Ē en Verba
- IU /ɪʊ/ ou en seconde prononciation/ɨ/, un son présent dans certaines langues comme le russe par exemple.
- OU /ɔʊ/ ou en seconde prononciation/ɵ/, un son assez difficile à distinguer de /o/ ou de /ʊ/

A l'exception de A et de Ä, nous avons préféré un système de voyelles où les sons se distinguent nettement les uns des autres, suivant une logique claire comme celle indiquée par cette étagère. Cela permet au Verba d'avoir un système de sons de voyelles assez équilibré et suffisamment riche pour que toute voyelle de toute langue donnée puisse trouver en Verba un équivalent assez proche. Cette voyelle sera alors tout simplement un allophone de son équivalent en Verba.

Il faut aussi souligner le fait qu'en Verba la voyelle U (défini comme le quatrième O) se prononce /u/ comme en espagnol ou en allemand par exemple. Ainsi, Universum ("Univers TOTAL") se prononce: /u.n.ɪ.v.ɛ.r.s.u.m/ et U_Scien ("Science de l'Univers TOTAL") se prononce: /u.ŋ.s.t͡ʃ.ɪ.ɛ.n/ (l'undescore se prononce aussi! Il se prononce /ŋ/).

Et aussi, la voyelle Y (défini comme le quatrième I) ne se prononce pas comme la lettre I mais se prononce /y/. Comme par exemple dans le mot fracyt ("fractale"), qui se prononce: /f.r.a.t͡ʃ.y.t/.

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO linéaire

Une simplification de l'écriture des voyelles pour éviter l'usage de digrammes,
mais au prix de l'usage de diacritiques supplémentaires (caractères accentués).
Avec le temps (avec l'apparition de claviers de plus en plus universels proposant un plus grand nombre de caractères),
cette manière simple d'écrire les voyelles du Verba sera sans aucun doute préférable à la précédente.

L'adoption de ce système simplifié des voyelles permet d'intruduire facilement de nouvelles diacritiques pour représenter certaines combinaisons de voyelles.
Par exemple, le son /ɛ.e/ peut se noter É, et le son ËE /e.ɛ/ peut se noter È.
De même par exemple, le son /ɔ.o/ peut se noter Ó, et le son ÖO /o.ɔ/ peut se noter Ò.

Le Verba : une Langue d'opérateurs

Dans une langue, les mots sont en règle très générale séparés en plusieurs catégories linguistiques, dont les plus fondamentaux et les plus courants sont: les noms, les verbes, les adjectifs, les adverbes, etc. Et en général aussi, un mot d'une catégorie donnée ne peut pas être utilisé comme un mot d'une autre catégorie. Un verbe par exemple ne peut pas être utilisé comme un nom ou un adjectif... Sauf justement si la langue utilise le très puissant concept scientifique d'opérateur. On trouve quelques exemples très intéressants de ce concept en langue française.

Par exemple, on a le verbe "être". Et il suffit tout simplement de lui ajouter l'article "le" pour le transformer en nom! On dit ainsi "le être" ou "l'être". L'article "LE" est ici un exemple de ce que nous appelons un "opérateur". Il opère sur un verbe pour le transformer en nom. On peut considérer aussi l'exemple du verbe "manger" ou "boire". Il suffit de lui ajouter tout simplement l'opérateur "le" pour qu'il devienne "le manger" ou "le boire", c'est-à-dire un nom.

Exactement de la même façon, de nombreux adjectifs français se transforment facilement en nom en leur ajoutant simplement l'opérateur "le". Par exemple, on a les mots "bon" et "mauvais", qui deviennent les noms "le bon" et "le mauvais". Comme précédemment, le mot original n'est modifié, car la seule modification vraiment nécessaire est apportée par l'opérateur.

Excatement de la même façon, un nom peut devenir un verbe, pourvu qu'on lui ajoute un opérateur verbal approprié, le plus classique en langue française étant l'opérateur "er". On en fait particulièrement usage quand la langue française adopte un mot d'origine étrangère, comme par exemple le mot anglais "surf", qui sert à dire "navigation", en parlant particulièrement d'Internet. Pour en faire un verbe, on dit simplement "surfer". On lui a tout simplement ajouté l'opérateur "er" à la fin, mais on aurait pu tout aussi bien faire le choix de la langue anglaise, qui est de détacher l'opérateur et de le mettre devant le mot à transformer en verbe. L'anglais utilise pour cela le mot "to", pour dire par exemple "to surf", "to eat", "to drink", "to go", etc. Peu importe la manière dont on utilise l'opérateur, ce qui compte est d'utiliser ce très puissant concept. Et ce qui est important aussi c'est que l'opérateur doit opérer sans modifier le (ou les) mot sur lequel il opère, et qu'on appelle son (ou ses) "opérandes". La modification qui intervient doit simplement être l'opérateur lui-même.

Par exemple, on a un opérateur qui est le mot "double" ou "triple". Si on dit par exemple "double ration" ou triple ration", on est tout à fait dans la logique des opérateurs, on fait une opération qui a cette forme mathématique générale: "2A" ou "3A", ce qui signifie que l'on multiplie A par 2 ou par 3. Cette opération ne doit modifier en aucune façon l'opérande, qui est ici A, car la seule modification nécessaire est déjà exprimée dans le resultat final, à savoir que A devient "2A" ou "3A". Ainsi donc, "double ration" ou triple ration" est tout à fait conforme à la logique des opérateurs, ce qui ne serait pas le cas si on disait par exemple : "double rations" ou triple rations"...

A ce propos, la langue française utilise le mot "les", qui est tout simplement l'opérateur du pluriel. Si on considère par exemple le mot "humain", dire "les humain" est tout à fait conforme à la logique des opérateurs, car l'information du pluriel est déjà dans l'expression. On sait en effet que c'est le mot "humain" que l'on met ainsi au pluriel. Mais on n'est plus dans la logique des opérateurs si l'on dit: "les humains", car on fait alors en réalité une double opération, d'abord sur le mot "humain" qui reçoit l'opérateur "s", puis la modification apportée par l'opérateur "les". Dans ce cas, c'est anti-logique.

Sur ce plan, la langue anglaise (qui n'a pas que des qualités, disons-le tout de suite...) est plus logique. Elle dira par exemple "the humans", indiquant l'information du pluriel sur le mot "human" seul, ce qui est une des possiblités d'utiliser l'opérateur. Mais l'anglais, pour être encore plus souple et efficace, aurait pu inventer un mot comme "thes" pour s'offrir une autre possibilité d'exprimer le pluriel. Ainsi, "the humans" serait parfaitement équivalent à "thes human". Ce qui compte, c'est que l'information qu'apporte l'opérateur figure quelque part dans l'expression, et une seule fois. Et ensuite (et c'est encore mieux), il ne faut pas se fermer toutes les autres possibilités de faire figurer cette information. Se donner toutes les possibilités accroît de manière phénoménale la puissance d'une langue ou d'un langage! Et le cerveau aime beaucoup avoir toute cette puissance à sa disposition... Sinon il est très frustré et fonctionne nettement en sous-régime... (voir Le Cerveau et l'Univers TOTAL).

Rappelons que le Verba est fondamentalement d'un langage scientifique et technologique, très précisémement le Langage universel des ensembles. La linguistique du Verba, sa grammaire, sa syntaxe, sa sémantique, etc. obéissent donc à des critères strictement scientifiques. Ce ne sont pas des règles forgées aléatoirement au fil du temps, livrées au gré d'une histoire ou d'une culture donnée. Mais ces règles sont strictement objectives, elles n'ont qu'un seul impératif: être fidèles à l'Univers TOTAL, à sa structure fractale, à sa logique, à son fonctionnement.

Le Verba fonctionne avec un seul concept linguistique, la très puissante notion scientifique et informatique d'opérateur. Tout mot (et même toute lettre!) en Verba est tout simplement un opérateur, qui opère sur d'autres mots (ou lettres) pour former de nouveaux mots, de nouveaux sens. Les mots sur lesquels il opère sont appelés ses opérandes.

Considérons par exemple l'expression: "science de la vie". Elle comporte quatre mots: "science", "de", "la", "vie". Chaque mot apporte son élément de sens à l'expression, autrement dit il opérère tout simplement sur les autres pour produire le sens global. Si par exemple nous décidons de considérer le mot "science" comme l'opérateur de l'expression, alors il a trois opérandes qui sont: "de", "la", "vie". Et si c'est le mot "la" que nous avons choisi comme opérateur, alors ses opérandes sont: "science", "de", "vie".

La linguistique du Verba, parce qu'elle repose sur les opérateurs, est d'une extrême simplicité. Au lieu donc de séparer les mots en catégories: noms, verbes, adjectifs, adverbes, etc., il faut plutôt se donner un ou des opérateurs de nom, un ou des opérateurs de verbe, un ou des opérateurs d'adjectif, etc. Toute notion X qu'on juge utilise d'introduire dans la langue sera mise en oeuvre par un opérateur que l'on définit. Et après l'opérateur agit très librement sur tout mot de la langue pour le convertir en un mot de la famille de X.

On opère tout simplement, on combine librement les opérateurs pour fabriquer de nouveaux sens. Si un mot contient un opérateur de verbe, alors c'est un verbe. Et s'il contient à la fois un opérateur de verbe et un opérateur d'adjectif, alors c'est à la fois un verbe et un adjectif...

Les opérateurs de base du Verba

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO linéaire

Le Verba est une langue d'opérateurs. Toute lettre, tout mot est un opérateur.

On affecte à chaque lettre du Verba une notion fondamentale. On a ainsi:

E (Equivalence), I (Identité), C (notion générale de Cycle), I (Identité), O (notion générale de Sphère et de Cercle en particulier), G (Générescence), Ë (Appartenance), H (Liaison ou Interaction), Ö (Auto-appartenance), L (Elément ou Partie), M (Nombre Ordinal), N (Nombre Cardinal), Y (Arborescence ou Structure fractale), S (Structure, Ensemble, Espace), U (Univers TOTAL), T (Totalité, Complétude), AU (Quantificateur Universel), EU (Quantificateur Existentiel), X (Chose, Variable), etc.

En Verba, les lettres sont les opérateurs les plus généraux, les opérateurs à une lettre. A partir d'eux, on définit les opérateurs de plus en plus spécifiques, à commencer par les opérateurs à deux lettres. Voici quelques opérateurs basiques:

Awel + L
(Voyelle + L)
AL, EL, UL, ...
La lettre L, qui veut dire "élément" ou "partie", indique que tous ces opérateurs sont les variantes de la notion d'élément. C'est la voyelle qui va les différencier. Posséder une qualité, c'est simplement être un élément d'un certain ensemble, et réciproquement, être un élément d'un ensemble, c'est posséder la qualité ou propriété caractéristique de ses éléments. Le premier opérateur de la famille associé à la notion d'élément est AL, il est appelé opérateur "adjectif qualificatif" il sert à traduire la qualité en général, comme par exemple l'adjectif ual qui veut dire universel. Le second opérateur est EL qui veut dire "élément d'un ensemble". Et UL veut dire "élément de l'Univers TOTAL". Ce sont les trois opérateurs les plus basiques de la famille "Awel + L". Ces opérateurs transforment n'importe quel mot en un nouveau mot qui comporte un sens d'"élément".
Awel + M
(Voyelle + M)
AM, EM, UM, ...
La lettre M veut dire nombre ordinal. Les opérateurs de cet type trasforment n'importe quel mot en nombre ordinal. Le premier est AM ou ÄM, qui veut dire premier. L'opérateur EM transforme une chose en un ensemble qui est à voir comme un nombre ordinal. Et UM signifie que ce nombre a un rapport avec l'Univers TOTAL.
Awel + N
(Voyelle + N)
AN, EN, UN, ...
Même chose que pour M, sauf qu'ici il s'agit des nombres cardinaux, comme par exemple AN ou ÄN, qui veut dire un.
Awel + R
(Voyelle + R)
AR, ER, UR, ...
La lettre R veut dire relation ou verbe. Ce sont les opérateurs ou verbes fondamentaux. Ils transforment n'importe quel mot en verbe. Le plus important est ER, qui est le verbe ETRE. Comme pour AL, l'opérateur verbal général est AR. Et l'opérateur UR signifie que le verbe est associé à l'Univers TOTAL.
Awel + S
(Voyelle + S)
AS, ES, US, ...
La lettre S veut dire structure, ensemble, ou espace. Ils transforment n'importe quel mot en un certain ensemble. C'est ce que veut dire AS en général. Et en particulier, ES est l'"opérateur de pluriel", il met tout mot au pluriel. Plus précisément, il transforme un mot en l'ensemble des choses dont ce mot est un nom commun. Par exemple le mot hum veut dire humain et es hum ou humes veut dire les humains, ce qui est à comprendre tous les humains. Dans cette famille, l'opérateur ÖS sert d'opérateur de multiplication ou à dire multiple. Par exemple, ën ös ou ënös veut dire trois fois ou triple, et ën ös ux veut dire trois fois chose ou trois choses, comme vu précédemment.
Awel + T
(Voyelle + T)
AT, ET, UT, ...
La lettre T veut dire totalité. L'opérateur AT est un des opérateur généraux pour transformer n'importe quel mot en nom commun. Par exemple, er est un verbe, et il suffit de dire at er ou erat pour qu'il devienne un nom. Et l'opérateur ET sert à indique qu'un mot donné est voir comme un ensemble. Par exemple, avec le mot hum (ou humain), le mot et hum ou humet veut dire qu'on parle de l'humain en tant qu'ensemble de choses, fait d'une tête, d'un thorax, de membres, etc. Et le mot humel va signifier qu'on parle de l'humain en tant qu'élément d'un certain ensemble, par exemple d'une population.
Awel + X
(Voyelle + )
AX, EX, UX, ...
La lettre X veut dire chose. Donc ces opérateurs sont de la famille de X, ce sont les différentes variantes du mot chose. Ils transforment tout mot en un mot qui comporte de le sens de chose. Les plus utlisés à ce jour sont UX pour dire... chose et EX pour dire existence.

Le Verba : une langue universelle

L'Alphabet du Verba est un Cycle 40. Cela signifie par exemple que la lettre numéro 0 est Z, notée avec l'undercosre "_" comme par exemple dans "U_Scien" ou "U_Set_Scien", et il est prononcé /ŋ/ comme dans les mots anglais du genre "parking". Mais il est noté aussi avec le symbole de l'Ensemble Vide Ø. Ce Z avant le A est l'ensemble vide ou le nombre Zéro ordinal, ce qui signifie qu'on doit le lire "Zéroième", en Verba "Zøm" ou "Zöëm"/z.o.e.m/ ou simplement "øm" ou "öëm" /o.e.m/. La lettre numéro 40 est aussi un Z, qui est l'Infini ordinal ou "Infinième". Il est noté Ω , le symbole de l'Ensemble Plein. Il est dit en Verba "Zωm" ou "Zëöm" /z.e.o.m/ ou simplement "z" /z/.

La lettre numéro 1 est A, appelée Alpha en tant que première lettre. Autrement dit, il est le Un ordinal ou Premier, en Verba "am" /a.m/ ou "äm" /a:m/ Mais il est aussi le Zéro cardinal ou simplement le nombre Zéro (0), en Verba "Zøn" ou "Zöën" /z.o.e.n/ ou simplement "øn" ou "öën" /o.e.n/. Et la lettre numéro 41 est aussi A. C'est le 41 ordinal ou 41ème, mais aussi le 40 cardinal ou simple le nombre 40. Il représente l'Infini cardinal ou simplement l'Infini, en Verba "ωn" ou "ëön" /e.o.n/.

Bref, pour dire tout ça beaucoup plus simplement, "Zéro" se dit "Ø" ou "ÖË" /o.e/ en Verba, et "Infini" se dit "Ω" ou "ËÖ" /e.o/, en inversant les deux voyelles. Et après, si on exprime un ordre: "Zéroième" (qui a le sens de "Avant-Premier"), "Premier", "Deuxième", "Troisième", etc., on ajoute M, qui est la lettre des nombres ordinaux ou nombres exprimant l'ordre. Et si on exprime une quantité: "Zero" (qui a le sens précise de "Avant-Un"), "Deux", "Trois", etc., on ajoute N, qui est la lettre des nombres cardinaux ou nombres exprimant la quantité.

Toutes ces définitions sont celles du premier cycle de l'alphabet du Verba, le cycle de base. Les lettres de ce cycle désignent les notions fondamentales, de mathématiques, de physique, de biologie, d'informatique, etc. Les 20 consonnes de ce cycle portent tous un indice 1. Par exemple, B est le B1, G est le G1,X est le X1, etc. Mais quant aux voyelles, elles portent deux indices, en raison de leur nombre limité qui oblige à utliser 5 sous-cycles pour les définir. Le premier indice indique le cycle alphabétique, et le second indice indique le sous-cycle.

Par exemple, E1.1 designe le premier E, la lettre numéro 3, qui se prononce /ɛ/. Et E1.4 désigne le quatrième E, qui est donc ËË ou Ê, qui qui se prononce /ø/ en API. Le fait que l'alphabet soit cyclique signifie que tout en ayant 40 lettres de base, il a en fait un nombre infini de lettres! Ainsi, pour les consonnes, B57 par exemple désigne le B du cycle alphabétique 57. B1 désigne la notion fondamentale de vie, et on peut décider par exemple que B57 désigne le lapin, et que B213 désigne Bugs Bunny... Ainsi, toute notion peut être prise comme fondamentale.

La notion de générescence est fondamentale pour moi, c'est pour cela que je l'ai mise en G1. Mais quelqu'un peut tout à fait dire que la choucroute ou la hamburger est très fondamental pour lui, et il voudrait mettre cette notion comme première lettre, G par exemple. Ainsi, tous les mots associés à la choucroute ou au hamburger commenceront par G ou auront G comme consonne clef. Pas de problème! Il suffit qu'il choisisse son cycle alphabétique, le cycle 555 par exemple. Tous les mots de ce cycle auront le sens précis qu'il aura défini. La seule exigence est que son cycle doit obéir aux lois générales du Verba, pour que ce ne soit plus le chaos ou la Tour de Babel des langues actuelles... Ainsi, on dira par exemple que le mot EL veut dire élément au sens du cycle 1, et que ce même mot EL signifie par exemple tomate farcie au sens du cycle 555... On peut même ainsi dire que G1234 est Théophile Dupont, et que G56789 est Angelika Rëövel... Voilà!

Il y a de la place pour toutes les choses dans le Verba, tout le monde peut s'y redéfinir et y exprimer tout ce qu'il veut. Tout doit simplement être normalisé, pas selon n'importe quel paradigme, mais selon les lois du Verba, qui sont aussi celles de l'Univers TOTAL, l'Ensemble de toutes les choses. Une traduction entre des langues ou des langages formatées Verba est parfaite! On peut parler 10000 langues ou un million de langages différents, et pourtant ne parler que la seule et même langue fondamentale, le Verba. Tout le monde est au même diapason. Dans un tel système, le cerveau ne gaspille pas (comme actuellement) la plus grande partie de son énergie pour s'y retrouver dans la gigantesque Tour de Babel, pour se construire un ordre dans le chaos. Mais il peut enfin fonctionner à pleine puissance, et s'ouvrir de nouvelles facultés et capacités dans l'Univers TOTAL, jusqu'ici impossibles...

Voir aussi...