Couleur de U selon la catégorie

L'Univers TOTAL U
est l'Ensemble de toutes les choses.
IL a une Structure FRACTALE.
IL est le Paradigme d'une nouvelle Science :
la Théorie Universelle des Ensembles,
la Science de l'Univers TOTAL,
l'Univers-DIEU...

Vous êtes ici  >  Accueil : U_Science  >  U_Psychologie  >  Le Mystère de la Négation: la clef de la compr...  >  La Négation Française

La Négation Française

Analyse de la mauvaise manière de la Langue française de faire la Négation, reflet d'une France à la Psyché de Négation

Doit-on dire "Je ne crois en rien" ou "Je crois en rien"?

Sommaire du sous-titre

La Langue française, un des chefs-d'oeuvre de langue de Babel...

Diable

"Je ne crois ni en Dieu ni au Diable...
Parce que le Diable, c'est moi...


Ce n'est pas un hasard si l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU,
a choisi de faire paraître sa Science en langue française et sur le sol français.
Dieu n'envoie pas ses serviteurs dans les pays ou dans les mondes d'anges
pour leur apprendre sa science, pour redresser leur vision de l'Univers et des choses,
car eux n'en ont pas besoin, on ne prêche pas Dieu à des Dieux!
Mais c'est bien aux Diables et à ceux qui sont les plus éloignés de la Pensée de Dieu
qu'il faut prêcher Dieu, c'est à eux qu'il faut apprendre de nouveau à être des anges, des Dieux!

La France: un pays à la Langue de Double Négation.
Une très mauvaise Double Négation pour faire une simple Négation!
Une Double Négation très propice pour faire une Négation absolue!
Une Double Négation idéale pour NIER l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU!

La France: le pays à la laïcité très négative, la laïcité du "Parlons de tout sauf de Dieu"!
La France où il suffit de réfléter un peu la vraie lumière divine pour être accusé de "secte",
pour être livré au lynchage populaire, pour être brûlé en public sur un bûcher!
Il était donc très urgent qu'un Envoyé Spécial de l'Univers TOTAL apparaisse dans ce pays de Tènèbres!
Ou plutôt dans ce pays à la fausse lumière, très représentatif du monde du Diable...

Oui, si l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU,
a choisi de faire paraître sa Science en France, sa Lumière en France,
c'est simplement parce que c'est le pays qui en a le plus besoin,
car c'est le pays au monde dont on puisse dire:
"C'est ici qu'habite Satan le Diable lui-même"...

La langue française, la langue de Molière, est belle et magnifique, c'est sûr, là n'est pas du tout le problème! Le problème est que cette langue très diplomatique est sans conteste l'un des plus brillants chefs-d'oeuvre parmi les langues de Babel...

Le but de tout notre propos dans ce document est de parler de cette langue et de sa façon de faire la négation, et par voie de conséquent la manière des français de faire la négation, et en particulier... de nier l'existence de Dieu! Et analyse d'une psyché de négation très réprésentative dans ce monde: la psyché française! Une seule devise, comme dans tout ce site: la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. La science, toute la science et rien que la science! La Science de l'Univers TOTAL...

Nous comparerons dans ce document les deux langues courantes de ce site: le français et l'anglais. Un match très instructif entre la langue latine et la langue germanique. Nous mettrons en lumière toutes les illusions crées et entretenues par la négation française, qui permet (beaucoup plus facilement qu'en anglais) d'être hypocrite (disons plutôt "diplomatique" par euphémisme...), de mentir, de souffler le chaud et le froid comme... le Diable, de se contredire, d'énoncer les pires paradoxes de l'Univers sans en avoir l'air! Bref, la langue qui permet de pratiquer très spécialement la religion de la negation absolue...

La négation de Dieu face aux lumières du Verba et de la Sémanthmétique...

Sémanthmétique, Arithmétique du Sens

Le Verba, la langue de l'Etre, qui supprime le Phénomène Tour de Babel dans les langues
et éclaire de toutes ses lumières le vrai sens des mots et des choses,
permet de comprendre simplement que la Non croyance en Dieu
est toujours équivalente à la croyance en le Non Dieu
elle-même toujours équivalente à la croyance en le Dieu Non,
c'est-à-dire en le Dieu qui est l'incarnation de la Négation, la face Négative de Dieu,
c'est-à-dire tout simplement le Diable.
Autrement dit, il ne faut pas chercher très loin pour voir le Diable,
car une personne qui fait une telle négation absolue en est tout simplement un visage!
Sauf si la négation absolue n'est pas sa vraie nature (ce qui est un autre problème!),
mais que la négation est induite chez elle par les psychés typiquement de négation,
dans un monde tout entier de Négation, où il est très difficile de ne pas succomber
à l'influence et à l'emprise très puissante et très écrasante des psychés de Négation,
comme celle hier de Jacques Monod ou encore comme celles d'humains actuels
comme Richard Dawkins, Michel Onfray et autres...

Beaucoup en France et ailleurs expriment des idées du genre: "Je ne crois ni en Dieu ni au Diable" ou "Je ne crois en rien". Certains le disent pour signifier qu'ils ne pratiquent aucune religion. Evidemment, par "religion" il faut entendre ce qui habituellement est nommé comme tel, avec donc l'axiome implicite selon lequel l'athéisme n'est pas une forme de religion ou de croyance.

Mais le Verba (le Langage universel des ensembles, la Langue de l'Univers TOTAL, la Langue de l'Etre) nous permet aujourd'hui d'avoir une vision très large des choses. Il nous libère de l'esclavage des mots des langues et des langages de Babel, il éclaire de manière très arithmétique et logique leur vrai sens. Cette arithmétique, nous l'appelons la sémanthmétique (voir La Sémanthmétique, l'Arithmétique de la Sémantique, l'Arithmétique du Sens et La Négation à la lumière du Verba).

Avec les opérateurs Non, Croyance, Existence et Dieu, la sémanthmétique nous révèle simplement l'équivalence de sens suivant:

Non Croyance Existence Dieu = Croyance Non Existence Dieu = Croyance Existence Non Dieu = Croyance Existence Dieu Non = ...

La chaîne d'équivalences que nous venons d'écrire est un exemple simple d'équivalences de la sémanthmétique (mot formé donc de "sémantique" et de "arithmétique).

L'exemple présenté ci-dessus consiste simplement à faire traverser d'un bout à l'autre les trois opérateurs "Croyance Existence Dieu", pris dans cet ordre, par le connecteur de négation Non (pour plus de détails sur cette importante notion d'opérateurs, voir Le Verba, une langue d'opérateurs et Les opérateurs de base du Verba; et pour pour plus de détails sur cette autre importante notion d'équivalence, voir Identité et Equivalence, Négation et Alternation).

Autrement dit, en langage plus courant, le Verba nous fait comprendre aujourd'hui avec cette chaîne d'équivalences d'arithmétique du sens que la non-croyance en l'existence de Dieu, est aussi la croyance en la non-existence de Dieu..., donc une autre croyance tout simplement! Et le Verba nous dit plus que cela: il révèle aussi que cette croyance en la non-existence de Dieu est aussi une croyance en l'existence d'un être très spécial nommée "Non Dieu", qui est l'incarnation de la négation Dieu. Et enfin, cette équivalence de sémanthmétique nous apporte une précision ultime: le "Non Dieu" est le "Dieu Non"! Il est lui aussi Dieu, mais la version négative de Dieu, la face négative de Dieu, qui est donc tout simplement la définition du Diable, la Négation en personne!

Le Verba nous apprend très simplement donc que l'absence de toute religion est la religion spéciale définie comme telle... C'est la religion de la Négation, et ce culte est rendu... eh bien au Diable! Pour ne pas pratiquer cette religion, toute négation doit donc toujours être relative et non pas absolue.

Mais seulement voilà: beaucoup dans le monde et en France en particulier ignorent les lumières du Verba et pensent donc exprimer des paroles de lumière en tenant des propos de negation absolue du genre: "Je ne crois ni en Dieu ni au Diable". Nous faisons aujourd'hui le focus sur la façon très étrange et anti-logique de la langue française de faire négation. Cela lui permet de masquer le paradoxe de la negation absolue qu'elle est ainsi en train d'effectuer. Quitte à nier l'existence de Dieu comme on le fait beaucoup en France, autant le faire comme il faut, en toute logique, et pas à la manière... du Diable, qui cache justement le visage Diable...

Nous sommes dans une situation par excellence même de logique alternative binaire, la logique qui autorise deux alternatives seulement, qui interdit toute troisième alternative, ce qui veut dire qu'elle obéit à la Loi du tiers exclu, exactement comme dans toute situation où il faut choisir clairement entre Oui et Non.

Dieu et Diable, c'est comme le Recto et le Verso d'une feuille de papier, comme le côté Pile ou Face d'une pièce de monnaie. Dieu et Diable, c'est comme Vrai et Faux, Vérité et Mensonge, Existence et Néant, Vie et Mort. Ils sont comme 1 et 0, U et O, Ω et Ø, Oméga et Alpha, Plein et Vide.

Ce qui fait que la question de Dieu est obligatoirement une question de logique alternative binaire, c'est que cette question concerne l'Univers, et même l'Univers TOTAL, l'Ensemble de toutes les choses. Par conséquent, aucune chose de l'Univers TOTAL ne peut dire qu'elle n'est concernée par cette question, aucune chose ne peut être indifférente à cette question, avoir une position neutre, surtout une neutralité de type "Ni Oui Ni Non", autrement dit de type "Ni Dieu Ni Diable" ou de type "Je ne crois ni en Dieu ni au Diable", ou encore simplement "Je ne crois en rien". C'est là où la question de Dieu touche de plein fouet la manière dont la langue française fait la négation.

De même qu'en logique alternative binaire ce qui n'est pas Vrai est Faux et vice-versa, de même, nier Dieu c'est obligatoirement affirmer le Diable et vice-versa, ne pas croire en l'un c'est obligatoirement croire en l'autre et vice-versa, et ne pas s'identifier à l'un c'est obligatoirement s'identifier à l'autre et vice-versa. Il n'y a pas de juste milieu dans cette question au sommet, c'est-à-dire qui concerne l'Univers TOTAL. Là, on ne doit pas souffler le chaud et le froid comme... le Diable.

A la rigueur, si l'on tient à tout prix à souffler le chaud et le froid, il faut le faire de la bonne manière, la manière de Dieu, et là encore les règles de logique sont simples et claires. Cela signifie que l'on doit passer clairement de la logique alternative binaire (la logique à deux alternatives seulement, celle obéissant à la Loi du tiers exclu) à la logique à trois alternatives (que nous appelons la logique alternative trinaire), où l'on raisonne de manière différente, mais qui se ramène finalement à la situation de la logique binaire.

Raisonner en logique alternative trinaire, c'est ajouter aux deux valeurs de vérités habituelles Vrai et Faux une troisième valeur qui signifie fondamentalement "Vrai ET Faux". Autrement dit, dans cette logique, "Vrai ET Faux" et "Ni Vrai Ni Faux" sont parfaitement synonymes. Dans cette logique, c'est donc soit Dieu, soit le Diable, soit les deux, ce qui veut dire que le juste milieu acceptable, c'est "Dieu ET Diable".

Autrement dit, l'Univers TOTAL, l'Ensemble de toutes les choses, est U en valeur absolue. Si l'on dit "+U", alors cela revient à dire U ou Dieu, comme +1, c'est finalement 1, ou +5, c'est finalement 5. Donc quand on affirme simplement, quand on dit quelque chose de "positif" on affirme simplement l'Univers TOTAL.

Mais NIER l'Univers TOTAL U, c'est le réduire à 0 en logique binaire, c'est le réduire à néant, et le Néant ou Zéro est la définition du Diable en logique binaire.

Et en logique trinaire, NIER l'Univers TOTAL U c'est dire "-U", qui est donc la définition du Diable dans cette logique. Et là, le 0 prend un autre sens, à savoir le Neutre, qui est donc à la fois Positif (+U) et Négatif (-U), ou qui n'est Ni l'Un Ni l'Autre, ce qui revient au même dans cette logique. Le 0 n'est ni strictement positif ni strictement négatif, ce qui veut dire qu'il est les deux.

Avoir une position Neutre en logique trinaire signifie simplement que que puisque la question de question de Dieu comme la question du Diable concerne l'Univers TOTAL, on est donc concerné par les deux questions, on affirme les deux: croire que Dieu existe c'est obligatoirement croire que le Diable existe aussi et vice-versa. L'un (+U) et l'autre (-U) sont simplement les deux faces opposées du seul et même Dieu, du seul et même Univers TOTAL (U). Croire en les deux, c'est croire en la Totalité, donc simplement en Dieu. Cela revient donc à la logique binaire, qui elle dit simplement: Soit on croit à la Totalité (U) et alors on croit en Dieu, soit on nie la Totalité (on la réduit à 0) et alors on croit au Diable.

Deux logiques différentes pour dire finalement la même chose, mais aucune n'autorise à souffler le chaud et le froid... comme le Diable, comme la psyché française tout simplement. C'est donc absurde de prétendre dire que l'on ne croit ni en Dieu ni au Diable! Dieu est celui qui affirme Dieu et Diable, tandis que le Diable est celui qui nie Dieu et Diable...

La Science de l'Univers TOTAL nous révèle aujourd'hui que c'était une gigantesque illusion (pour ne pas dire une arnaque que seules les langues de Babel comme le français peuvent cacher) que la notion de religion ou de croyance soit réservée seulement aux personnes physiques ou morales désignées comme telles dans la pensée populaire. L'athéisme (l'absence de toute religion ou de croyance au sens traditionnel de ces termes) n'est pas un état neutre en matière de croyance ou de religion, et encore moins une référence, comme c'est souvent le cas dans la pratique, dans un pays comme la France! Mais l'athéisme est simplement une autre religion ou croyance à mettre sur le même plan que toutes les autres. La neutralité de l'athéisme ou la neutralité en matière de croyance est purement illusoire.

Voilà qui devrait changer beaucoup de choses dans la fameuse "laïcité à la française", qui se définit par la négation du fait religieux ou de toute référence à Dieu dans la vie publique, au lieu de se définir au contraire par l'affirmation de tout fait religieux ou de toute référence à Dieu dans le vie publique... Un choix de la Négation plutôt que de l'Affirmation dans les institutions de la républque. La Négation Française, c'est cela aussi...

L'étrange et opaque Double Négation à la française...

Quitte à nier l'existence de Dieu, alors autant le faire comme il faut, avons-nous dit. Une négation transparente de l'existence de Dieu a au moins le mérite de révéler que celui qui fait une telle négation s'identifie au Diable au moment il la fait. Ce n'est pas le cas de la négation à la française que nous allons analyser plus en profondeur maintenant. Une étrange et opaque double négation, très peu arithmétique, très peu technologique, anti-logique même, très propice pour masquer la negation absolue. Bref, une négation très peu verbatique (c'est-à-dire peu conforme aux lois du Verba, le Langage de l'Univers TOTAL).

En comparaison, la langue anglaise est plus verbatique, ce qui est sans aucun doute pour beaucoup dans le fait que l'anglais s'illustre mieux, s'impose même, comme la langue technologique numéro un. Celui qui n'a jamais fait de la programmation ou n'est jamais entré au coeur des nouvelles technologies ne peut pas s'en rendre compte. Malgré son amour pour la langue de Molière, il sera souvent amené à préférer l'anglais ici ou là pour tout un tas de raisons, dont l'une des principales est tout simplement que le français est peu arithmétique, anti-arithmétique même.

Bref, ce n'est pas une langue technologique, elle n'est pas une langue moderne mais archaïque et ancienne, à cause du terrible conservatisme face à toutes les initiatives destinées à la moderniser vraiment. Dans le mot "technologique", il y a tout simplement le mot "logique". Et c'est ça le problème de la langue française...

Par exemple, en "bon français", pour exprimer l'absence de toute croyance, doit-on dire: "Je ne crois en rien" ou simplement "Je crois en rien"?

Pour dire la même chose, la langue anglaise dira "I do not believe in anything" littéralemment "Je ne crois en quoi que ce soit". La langue française n'a pas un équivalent simple du mot "any" (en tout cas je n'en connais pas...), et surtout n'a pas le format arithmétique des mots anglais "anything" ("quoi que ce soit" ou "quelque chose que ce soit"), "something" ("quelque chose"), "everything" ("toute chose"), "nothing" ("aucune chose" ou "rien"). Cela saute aux yeux: la combinaison arithmétique avec le radical "chose" ("thing" en anglais) n'est pas aussi simple ou limpide en français qu'en anglais.

L'anglais utilise ce que le Verba appelle des opérateurs: "some", "any", "no", "every", etc., de surcroît brefs (dans le style des mots anglais très combinatoires "in", "out", "on", "up", "down", etc.) qui se combinent simplement avec un opérateur de base, à savoir le mot "thing" pour former des sens simples, arithmétiques, puissants, comme un langage informatique: "something", "anything", "nothing", "everything", etc.,

Pour exprimer la même absence de croyance (ce n'est que j'y tiens à la non-croyance, mais "tant qu'à faire", autant le faire correctement, dis-je...) l'anglais dira donc "I do not believe in anything", ce qui se traduit en français exactement: "Je ne crois en quoi que ce soit". On note au passage que le français utilise quatre mots (tout une phrase même!), à savoir "quoi que ce soit", pour obtenir le sens du simple et très arithmétique mot "anything". Mais surtout (et c'est ce qui concerne la question de la double négation), l'anglais utilise un seul mot de négation (comme on devrait le faire), à savoir le mot "not", le mot "do" étant juste un verbe auxilliaire à contenu positif signifiant "faire".

Mais aussi l'anglais exprimera souvent la même idée de non-croyance ainsi: "I believe in nothing", littéralement donc : "Je crois en rien", envoyant donc à la poubelle la négation supplémentaire (redondante et logiquement néfaste) exprimée en français par le mot "NE". Quand en effet on a déjà exprimé la négation dans le mot négatif "rien" (en anglais "nothing" ou "aucune chose"), le mot "NE" devient fortement anti-logique! Ou alors il faut conserver le mot "NE" pour faire la négation, mais dans ce cas à la place du mot négatif "rien" il faut un terme positif qui a le sens de "quoi que ce soit", c'est-à-dire du mot anglais "any".

Pour être aussi verbatique que l'anglais, la langue française aurait pu inventer un mot du genre "nechose" (si elle tient à tout prix à son "NE"), ou "aucunechose", ou simplement "zérochose", le parfait équivalent donc de l'anglais "nothing", pour signifier donc "rien". Cela aurait donné donc en français par exemple: "Je crois en zérochose", ou "Je crois en aucunechose" ou "Je crois en nechose".

Quel que soit le mot choisi pour dire "Rien", une chose est très simple: on doit en "bon français" (c'est-à-dire en français verbatique) dire "Je crois en rien" exactement comme on exprime l'idée complètement inverse : "Je crois en tout"! Eh oui, un peu de logique, les français: si l'on dit normalement: "Je crois en tout", alors l'idée complètement inverse doit être "Je crois en rien"! Où est-on allé me dénicher ce "NE" pour me le foutre dans cette phrase si simple, si limpide et si transparente, et exprimer des anti-logismes très obscurs du genre: "Je NE crois en rien"? Chez le Diable? Il faisait une promo de mots de négation?

L'anglais est donc très verbatique quand il exprime ces deux idées inverses simplement par "I believe in nothing" ("Je crois en rien") et "I believe in everything" ("Je crois en tout"). Après on s'étonne que pendant que les français faisaient leurs cocoricos habituels et croyaient avoir atteint le nirvana avec leur minitel et leur "3615 code machin", les anglais ont mis au point Internet relegant du jour au lendemain le minitel à la préhistoire!

Pour aller plus loin, le modèle de cette phrase de non-croyance, qui se révèle être finalement une phrase de croyance, est "I believe in X" ou "Je crois en X", phrase modèle dans laquelle X est tout ce qu'on veut: le Rien, le Tout, le Quelque Chose, le Un peu, le Beaucoup, le A la folie, le Zéro, l'Infini, le Néant, l'Existence, l'Univers, la Nature, la Mort, la Vie, l'Haine, l'Amour, bref tout ce qu'on veut. A chaque fois le modèle est donc "Je crois en X", un modèle toujours positif (même si c'est pour nier!), un modèle passe-partout, universel, bref verbatique. Après on précise le X en lequel on croit, le Tout, le Rien, le Quelque Chose, etc. Simple, non?

Quand la négation est verbatique, cela permet simplement de comprendre que l'absence de toute croyance équivaut à une croyance très spéciale, la croyance en une chose qui est le Rien, le Vide, le Néant, bref le Diable.

A ce propos, il est évidemment plus facile de faire réaliser cela à un anglais qu'en exprimant une absence totale de croyance, il exprime une croyance en une chose spéciale, la chose nommée Nothing, car sa négation est simple et limpide: "I believe in nothing". Mais avec son "Je NE crois en rien", le français a vraiment brouillé la logique et peut tranquillement nier... comme le Diable. Voyons maintenant quelques autres preuves de l'étrange négation à la française.

Quelque chose ou Rien? Avec ou Sans? Personne ou Pas Personne?

- Toujours pour mettre en évidence la négation à la française (son opaque double négation qui cache des vérités fondamentales), doit-on dire: "Il est parti sans rien manger" ou "Il est parti sans manger quelque chose"?

Alors rien ou quelque chose? Ces deux termes doivent-ils signifier la même chose ou pas du tout? S'ils doivent signifier la même chose (si l'on peut dire 0 = 1), alors que devient la négation faite avec le mot "rien"? Mais s'ils ne doivent absolument pas signifier la même chose (si donc l'on doit jamais dire 0 = 1), alors pourquoi cette diablolique ambiguïté de langage permettant de dire "rien" là où l'on veut dire "quelque chose"?

- Toujours à propos de cette étrange double négation à la française: doit-on dire: "Il agit sans aucune compassion" ou par exemple "Il agit avec aucune compassion" (comme en anglais "He acts with no compassion"? Alors "avec" ou "sans"?

- Et maintenant dans le registre: on nie avec un mot éminemment positif ou affirmatif, pour dire à quelqu'un qu'il est détesté par tous dans un certain lieu, à sa question "Qui m'aime ici?", faut-il lui répondre: "Personne!" ou bien : "Aucune personne!" En anglais, le mot "body" signifie "corps" ou "personne". On imagine mal un anglais qui à cette question, répondrait "body!", c'est-à-dire donc comme en français "Personne!" Mais l'anglais dit tout logiquement: "nobody!" donc "Aucune personne!" Oui, très logiquement...

Quelle est donc cette mentalité où l'on utilise le mot "personne" pour nier la "personne" (ou l'existence d'au moins une personne), où l'on utilise un mot pour dire le contraire du mot (comme dans cet exemple) et où l'on utilise le contraire d'un mot pour signifier le mot (comme par exemple "rien" pour signifier "quelque chose")? Si c'est une logique, alors avouons que c'est une logique inversée, et si c'est une rationalité, reconnaissons que c'est une rationalité à l'envers! Une psyché tout simplement orientée Négation... Si ce n'est pas le Diable qui a forgé une langue pareille, c'est donc son frère...

Qu'en est-il du légendaire esprit cartésien ou rationnel français?

Laplace: le symbole de l'athéisme scientifique...

Le mathématicien, physicien et astronome français Pierre-Simon de Laplace publie en 1796 son ouvrage "L'exposition du système du monde". Napoléon demande à Laplace:
- Votre travail est excellent mais il n'y a pas de trace de Dieu dans votre ouvrage.
- Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse.
Et par la suite, devant la protestation soulevée par ses propos, il ajoute:
- Cette hypothèse, Sire, explique en effet tout, mais ne permet de prédire rien.

C'est donc à Laplace que l'on doit la fameuse idée: "Dieu n'est pas une hypothèse scientifique". Laplace est devenu le symbole de l'athéisme scientifique. Que ce symbole revienne à un français n'est pas du tout volé.

Mais seulement voilà: Laplace avait tout FAUX! DIEU est l'Univers TOTAL, et une science qui ignore l'Univers TOTAL ignore tout, même quand elle croit tout savoir et tout prédire! Dieu en effet n'est pas une hypothèse, tout simplement parce que Dieu est le Théorème!

Le Mystère de la Négation, la clef de la compréhension de la Psyché

"Un scientifique qui croit en Dieu est un schizophrène"
(Jacques Monod, biologiste français).
Un magnifique spécimen de la négation française...
Un scientifique qui croit en Dieu est un schizophrène? Vraiment?
Mais seulement voilà la simple vérité, et c'est le verdict de la science aujourd'hui:
Il n'y a pas plus irrationnel, plus pathologique, plus schizophrène
qu'une psyché qui nie l'Univers TOTAL,
car DIEU, c'était tout simplement cela: l'Univers TOTAL!

La mentalité française est réputée pour être très rationnelle ou cartésienne... Mais il faut préciser qu'elle est réputée chez les français, selon ce qu'eux-mêmes disent qu'ils sont. Mais il ne faut pas trop entendre les français parler d'eux-mêmes, il faut plutôt prendre du recul, beaucoup de recul pour les analyser objectivement, surtout si l'on a déjà trempé dans cette culture comme moi (qui suis d'origine togolaise), si l'on a déjà été façonné par cette culture et ses cocoricos du genre: "Nous qui sommes plus malins que tous les autres et avons des leçons à donner au monde entier", "Nous qui sommes le modèle de la tolérance", "Nous qui sommes un pays de liberté", "Nous qui sommes un pays des droits de l'homme", etc.

J'ai beaucoup cru à ce légendaire esprit cartésien ou rationnel français, et ça tombe bien, car j'aime beaucoup le rationnel et la logique, je suis du genre à penser comme beaucoup en France que tout s'explique, que tout peut être expliqué scientifiquement, logiquement! Même DIEU! Même le DIABLE!

La France est la fille aîné de l'Eglise, et l'athéisme est le fils aîné de la France, donc le petit-fils aîné de l'Eglise...

Sémanthmétique, Arithmétique du Sens

On entend souvent dire:
"La France est la fille aînée de l'Eglise."
Et moi, la Colombe, l'Esprit de la Vérité, j'ajoute:
"Et l'athéisme est le fils aîné de la France, donc le petit-fils aîné de l'Eglise."

On pourrait se demander: pourquoi de document en document je fais comme une fixation sur Jacques Monod, d'autant plus... qu'il est mort et ne peut pas se défendre. Mais il ne s'agit pas d'une fixation, car évidemment il n'est pas le seul de son espèce. C'est plutôt un choix pédagogique que j'ai fait (j'ai peut-être tort sur ce plan, on verra bien...), car je pense qu'il vaut mieux parfois prendre un bon exemple que l'on examine sous tous les angles pour bien comprendre le problème, que de multiples exemples qui demandent à chaque fois de se re-situer dans un nouveau contexte.

A ce propos on remarquer le choix fait dans les images de dire beaucoup de choses sur une même toile de fond qui représente l'Univers, comme l'image ci-dessus. Ce n'est pas une fixation que je fais sur cette image mais simplement un choix pédagogique, comme aussi le même Triangle de Sierpinski qui sert à dire beaucoup de choses de page en page. Il vaut donc mieux bien faire comprendre un seul exemple que mal faire comprendre une multitude d'exemples.

Monod a la particularité d'être un athée, et il y a beaucoup de choses à dire sur les athées. Et il est aussi biologiste et évolutionniste, au sens darwinien de l'évolution et non pas celui de l'Univers TOTAL, (voir L'Univers TOTAL, l'Univers FRACTAL, l'Univers Vivant, le Grand Organisme! et Temps Fractal, Création ET Evolution). Et il y a beaucoup à dire sur cette doctrine de l'évolution et sur tous ceux qui l'incarnent.

Il faut dire qu'avec les biologistes et anthropologues athées du genre de Monod, Dawkins ou Picq sans parler des Yves Coppens et autres), le Diable a fait une véritable OPA et a une main mise de fer sur le domaine très sensible et très important de la vie, celui-là même qui nous conduit à Dieu, et celui-là même que le Diable a littéralement pris en otage pour éloigner de Dieu! Je n'ai que trop souvent entendu parler de Monod avec sa conception du "Hasard et de la Nécessité". J'ai une sainte horreur de ce mot "Hasard" (si crucial dans la doctrine évolutionniste actuelle) comme j'ai aussi une sainte horreur du mot "Impossible", moi qui affectionne l'adage français "Impossible n'est pas français". Un magnifique adage que les français sont eux-mêmes les premiers à piétiner, comme quand Monod dit qu'"Un scientifique qui croit en Dieu est un schizophrène"...

Un propos pareil est plus qu'une insulte aux scientifiques croyants comme Euler, Cantor, Gödel... et moi. C'est tout simplement une déclaration de guerre... Alors à la guerre comme à la guerre, il ne faut pas faire de cadeau à l'ennemi... Voilà.

MIchel Onfray, l'un des plus grands NIEURS de Dieu de France Richard Dawkins, l'un des plus grands NIEURS de Dieu du Monde

Le philosophe français Michel Onfray, l'auteur du "Traité d'athéologie",
l'une des plus grandes psychés de Négation actuelles,
l'un des plus grands NIEURS de Dieu en France et dans le monde,
grand théoricien de l'hédonisme ou "Paradis du Diable", de l'esprit de Sodome et Gomorrhe.
Le biologiste anglais Richard Dawkins, l'auteur de "Pour en finir avec Dieu".
L'un des plus grands NIEURS de Dieu dans le monde.
Des incarnations du Néant, des visages de l'Anti-Univers, de l'Anti-DIEU, de l'Anti-Christ.
Ils ont fait de la négation de l'existence de Dieu leur raison d'exister.
Des paradoxes vivants, des choses qui existent là où elles ne devraient pas exister,
exactement comme le fait sur une voie de autoroute de voir arriver une voiture en face.
On peut alors dire: "Je vois la Mort arriver!"
C'est exactement ce qu'ils sont: "La Mort faite chair, la Mort de la chair, de l'esprit, de l'âme".
Toute psyché d'Alternation qui les écoute vend son âme au Diable,
cette psyché aura été percutée de plein fouet sur l'autoroute de la vie
par la Mort arrivant en face d'elle dans la même voie de l'autoroute.
Ils sont des choses du Néant, des non-êtres devenus des êtres.
"Pour en finir avec Dieu", dit-il, Richard Dawkins? Très bien...
En réponse, l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU, dit maintenant:
"Pour en finir avec Richard Dawkins! Pour en finir avec toutes les psychés de Négation!"

Ceci, dit, Monod n'est pas le seul visage de la Négation. Il y en a d'autres en France, beaucoup, beaucoup! Vivants, ceux-là... Comme par exemple Michel Onfray, l'homme du "Traité d'athéologie". Bref un magnifique morceau de Diable, quoi. Grand NIEUR devant l'Eternel, un autre splendide exemple de la négation française!

Oui, j'ai cru à cette France, à son légendaire esprit de lumière dont on m'a toujours rebattu les oreilles... Cependant, avec le temps, les écailles qui m'aveuglaient me sont toutes tombées des yeux, après les temps de lune de miel, je dois me rendre à l'évidence et regarder avec la plus grande objectivité les horribles défauts de la dulcinée...

Je dois constater que l'esprit français n'est pas aussi rationnel que je le pensais, ou plutôt il s'agit d'un rationalisme très négatif, qui NIE les choses. C'est un esprit complètement aux antipodes du mien, qui est positif, qui affirme toujours les choses... même quand je les nie! A la différence de la psyché française qui, elle, NIE toujours les choses, même quand elle les affirme!

Ce n'est pas son épouvantable double négation que je mets en lumière ici qui ferait dire le contraire. Le fait pour cette langue de faire une double négation du genre "ne...pas", "ne...jamais", "ne...rien", "sans rien", "sans aucun", "sans jamais", etc., (équivalente à une affirmation), pour exprimer une simple négation, ou carrément de nier avec un mot positif ou de nature affirmative comme... "personne".

Je ne parle même pas des tournures très tordues du genre "nul...ne...sans", une triple négation... pour affirmer! Comme par exemple dans "nul ne vit sans croire", comme je le dirais, acceptant malgré moi. Mais Pierre-Simon de Laplace, Jacques Monod, Michel Onfray, Pascal Picq, André Brahic, etc., etc., etc., diraient: "nul ne vit sans nier", une quadruple négation... pour nier! Et je répondrais: "nul ne vit sans ne pas croire", une quintuple négation ... pour affirmer. Et eux me répondraient évidemment: "nul ne vit sans ne pas nier", une sextuple négation... pour nier!

Si l'on continuait, je ne tarderais pas à me noyer dans cet océan de négations, à ne plus savoir si j'affirme ou si je nie... Mais ces champions de la négation française, eux, s'y retrouveraient, ils y nageraient allègrement comme des poissons dans l'eau...

A propos justement de poisson... je comprends une simple chose: la langue française est très propice pour noyer le poisson, pour tenir un discours "diplomatique" (au plus mauvais sens du terme), pour être hypocrite (un art dans lequel la France excelle), pour vraiment souffler le chaud et le froid commme... le Diable, pour faire la négation absolue sans se faire prendre! Le lien entre cette caractéristique de la langue française, l'athéisme français, et le problème de Dieu dans la société française me paraît très évident maintenant.

Plus j'analyse les réalités françaises (surtout après tout ce que j'ai vécu et vis en France à cause de mes spécificités qui se résument simplement par le mot DIEU), je me rends de plus en plus compte que la pensée française est très anti-logique. Je ne dis pas illogique (ce qui serait un moindre mal...) mais anti-logique (ce qui est pire!)

Cela surprend que l'anti-logisme soit pire que l'illogisme, que l'anti-rationalité soit pire que irrationalité, que l'anti-vérité soit pire que la non vérité?

Et pourtant cela ne devrait pas surprendre. Car la situation est comme le mot "bien" ou comme le mot "ami". L'illogisme, c'est comme simplement "ne pas faire le bien" ou "ne pas être ami". Mais l'anti-logisme, c'est comme "faire le mal" ou "être un ennemi", ce qui est pire! L'inimitié est pire que la simple absence d'amitié.

Ainsi donc, l'anti-logisme, c'est la logique, mais complètement dans le sens inverse. Ce n'est pas un simple manque de logique (ce qui est pardonnable), une simple erreur de raisonnement (là encore très pardonnable), mais le choix de fonctionner dans le sens inverse de la logique, avec une logique opposée à la logique de l'Univers TOTAL, à la logique de Dieu. Bref d'incarner le Diable!

L'analyse de la langue française me permet aujourd'hui de relever ce rationalisme inversé, cette psyché très logique, certes, mais dans le négatif! Une psyché qui est de l'intelligence, certes, mais l'intelligence du Diable, une psyché qui est le rationalisme de Satan, la lumière de Lucifer (Isaïe 14: 12-20; 2Corinthiens 11:14)!

Menu de la rubrique

Le Verba: à l'origine un projet de créer une langue française hypermoderne...

Sommaire du sous-titre

Le Verba et les langues de Babel...

Vous allez découvrir une nouvelle notion aujourd'hui, celle de langue verbatique, c'est-à-dire de langue parfaitement logique, conforme à la logique de l'Univers. Une telle langue respecte les règles du langage de l'Univers, à savoir le langage universel des ensembles ou le Verba. Une langue non-verbatique est qualifiée aussi de "langue de Babel", c'est-à-dire victime (ou coupable...) du "Phénomène Tour de Babel", le phénomène de brouillage du sens fondamental, existentiel et divin des choses et des mots. Bref, c'est une langue qui n'est pas du tout conforme à la logique de l'Univers TOTAL.)

Verba: universal set language, tongue of ER Réseau Neurones

Le langage universel des ensembles ou Verba, la Langue de l'ETRE (ER).
Le langage de l'Univers TOTAL (U), de l'ETRE Suprême (UR).
A la fois un langage scientifique et technique, et à la fois une langue parlée comme l'anglais ou le français.
La langue qui fait toute la lumière sur la notion d'existence (EX) et aussi de négation (NEG).
La langue qui met en lumière tous les paradoxes des langues de Babel...

A vrai dire, aucune langue actuelle n'est verbatique, d'où la nécessité du Verba. Cependant, certaines langues sont plus verbatiques que d'autres, plus techniques que d'autres, plus logiques que d'autres. La langue française a certains avantages que l'anglais n'a pas, par exemple elle est en général mieux que l'anglais les notions qui tournent autour de la notion d'ensemble, elle est plus intuitive et plus cohérente sous ce rapport: les mots ensemble, assembler, rassembler, sembler, sont liés à la notion d'ensemble et présentent un certain même radical "semble" là où l'anglais utilisera des mots différents pour exprimer ces notions. En revanche, l'arithmétique du mot chose (thing) est meilleure en anglais: thing, nothing, something, anything, everything.

L'anglais se révèle globalement plus verbatique que le français, il est plus arithmétique. Cela vient en grande partie du fait que les mots anglais sont en général plus courts que leurs homologues français (l'anglais est moins "verbeux" que le français), ce qui permet souvent de combiner plus facilement ces mots pour former de nouveaux mots sans avoir des mots ou des expressions à rallonge. Sous ce rapport, le français pèche au niveau de l'arithmétique des mots et des sens (arithmétique sémantique). C'est cette arithmétique qui fait toute la force du Verba!

Le projet avorté de faire du français la langue universelle

Ubirdt

Ubirdt, la Colombe du Saint Esprit qui à la Pentecôte supprime la barrière des langues (Actes 2),
le Symbole du Verba, le Langage scientifique et informatique universel, la Langue universelle.
A l'origine, la langue française, ses mots et ses sons, devait être le noyau dur de ce nouveau langage.
Le Verba devait être tout simplement un français universel, parfait, sublime!
Une langue qui s'articule autour d'un seul verbe français: le verbe ETRE,
le verbe de l'Egalité, de l'Identite, de l'Equivalence ("X EST Y"),
mais aussi de l'Appartenance, du Langage universel des ensembles ("X EST UN Y"),
Une seule langue à apprendre, et on apprend en même temps les mathématiques, les sciences, la lumière...
Puis patatra! La France à l'esprit diabolique, la France allergique au Saint Esprit a frappé!

Alphabet cyclique du Verba, ABECIDO linéaire

L'ABECIDO, l'alphabet cyclique du Verba, constitué des 20 consonnes de l'alphabet latin,
et de 20 voyelles en cinq cycles de quatre voyelles de base: A, E, I, O,
pour définir les principaux sons de voyelles de toutes les langues du monde...
Bref, un nouveau phénomène mondial dans le berceau devait être la France.
L'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU, ne pouvait pas faire plus grand honneur à un pays, à une langue...

Il faut dire aussi qu'à l'origine, il y a près d'une décennie maintenant, le Verba devait être une version très logique, arithmétique, informatique, technologique, hyper-moderne de la langue française, débarassée de tous les illogismes et des anti-logismes de cette langue. D'où le nom du Verba ("Langue du verbe ETRE"). C'était donc à l'origine un projet un tantinet chauvin et patriotique de créer une version de la langue française qui battrait l'anglais à plate couture en tant que langue technologique.

Mais jusqu'ici, non seulement les français ne l'ont pas voulu, mais ce pays à la psyché hautement de négation et à la langue des doubles négations, ce pays tout entier voué au Diable, a combattu l'auteur de la Science de l'Univers TOTAL jusqu'ici, et signe en ce moment même son chez d'oeuvre en matière de diablerie. Dans ce pays qui se targue d'avoir l'espit cartésien ou rationnel mais
- dont la rationalité est de l'anti-rationalité (la rationalité du Diable);
- dont la logique est l'anti-logique (la logique du Diable ou paradoxe);
- dont l'intelligence est de l'anti-intelligence (l'intelligence du Diable ou folie);
- dont la vérité est l'anti-vérité (la vérité du Diable ou fausseté);
- dont la lumière est l'anti-lumière (la lumière du Diable ou ténèbres);
- dont la Liberté est l'anti-Liberté (la Liberté du Diable ou intolérance);
- dont l'Egalité est l'anti-Egalité (l'Egalité du Diable ou Identité);
- dont la Fraternité est l'anti-Fraternité (la Fraternité du Diable ou impiété);
- dont la civilisation est l'anti-civilisation (la civilisation du Diable ou Enfer);
oui dans ce pays donc, dès qu'il est question de Dieu d'une manière pas "très catholique", dès qu'une nouvelle vision n'est pas "très france-maçonne", on crie "secte"! Et on jette en pâture à la population la malheureuse victime marquée de cet anathème, on la lynche publiquement. On la lapide à mort, puis on guillotine le corps mort, puis on brûle le corps au bûcher. Ou on brûle d'abord le corps au bûcher, puis on guillotine ses cendres, et on achève de les lapider au cas où par miracle les cendres auraient encore un peu de vie...

La France est jugée et condamnée par l'Univers TOTAL, le moment est venu d'appliquer la Double Négation, la légitime!

Tour Eiffel

La Colombe du Saint Esprit, Utevadaemia,
qui s'était posée pendant des années au sommet de la Tour Eiffel,
s'est définitivement envolée un horrible 23 mars 2011
où un grave crime a été commis à Verdun (dans la Meuse) contre l'Univers TOTAL.
Ce jour-là, l'obscurantisme français a atteint ses sommets.
Le "Rêve Français" est terminé ce jour-là!
La Colombe au rameau d'olivier est partie, elle peut maintenant dire à ce pays:
"Vous voyez, vous êtes tellement dans les ténèbres, vous êtes tellement mauvais,
qu'avec la meilleure volonté de l'Univers TOTAL, on NE peut rien faire de divin avec vous...
Redisons-le en français-verba, sans cette anti-logique double négation du français actuel:
"On peut RIEN faire de divin avec vous..."
Avec la France donc, en matière de choses divines, on peut faire que RIEN, que ZERO, que NEANT!
Elle n'a que le mot secte à la bouche, tout ce qui est vraiment divin est pour elle secte.
Son vocabulaire en matières de choses de Dieu se réduit à ce mot affreux.
Et la Colombe du Saint Esprit dit:
"Sauvons ce qu'on peut sauver dans ce pays et dans ce monde...
Et quant au reste..., à la casse!"
(Matthieu 24: 29-31; Romains 1: 18-20; Apocalypse 19: 11-21)

Ubirdt, la Colombe du Verba, l'Esprit de la Vérité (Jean 16: 7-15), encore appelé Utevadaemia, s'était posée pendant des années au sommet de la Tour Eiffel, d'où elle devait rayonner sur toute la France et sur le monde. Mais la Colombe du Saint Esprit s'est définitivement envolé un certain horrible 23 mars 2011, dégoûtée de ce pays tout entier voué au Diable, le pays au FAUX rationalisme, à la FAUSSE lumière mais VRAI Obscurantisme. Quand la Colombe de la Paix s'envole, ce n'est pas bon signe...

La France a été jugée et condamnée par l'Univers TOTAL, elle est un grand symbole d'un monde tout entier condamné, pour un péché contre l'Univers TOTAL et l'Univers-DIEU, un péché que la France à elle seule illustre magnifiquement. Une France dont la laïcité est définie par la négation de toute chose évoquant Dieu, la laïcité du "Parlons de tout sauf de Dieu". Et un monde tout entier bâti sur tout sauf sur Dieu, même quand Dieu est inscrit sur le billet, comme sur le dollar aux Etats-Unis: "In God we trust" ("En Dieu nous croyons" ou "En Dieu nous avons confiance"). Mais le "Dieu", c'est ce billet vert, c'est l'argent, et non pas l'Univers TOTAL.

Loi de la Double Négation ou Loi d'Eden

Loi de la Double Négation: Il faut maintenant NIER la Négation pour restaurer l'Alternation,
Il faut NIER le Nieur, ANNULER l'Annuleur, Supprimer le Supprimeur, etc.
Le Diable doit redevenir l'unique Arbre Interdit dans le Jardin de Dieu.

La double négation française qui a été longuement analysée dans ce document est une mauvaise négation. Mais la Colombe prédit maintenant l'application de la Loi de la Double Négation, bonne et légitime celle-là. Cette Loi, nous l'avons appliquée ici: nous avons été la Négation qu'il fallait être pour une France de Négation. Nous n'avons pas été positif, alors que nous ne demandions depuis des années qu'à l'être. La Colombe d'Utevadaemia qui s'était posée au sommet de la Tour Eiffel, ne demandait qu'à faire sa science. Mais, hélas, il ne faut pas être positif, il ne faut plus être positif, face à la négativité viscérale, qui font en France que l'on fait à des gens qui font une oeuvre éminemment positive et éclairante comme la Science de l'Univers TOTAL! C'est dommmage.

Quand donc la Colombe de Paix s'envole, la Colombe au rameau d'olivier dans son bec, cela veut dire que les forces de guerre de l'Univers TOTAL, les armées célestes, vont arriver. Cela n'attendra plus des millénaires, c'est sûr! La patience de Dieu a aussi ses limites, ainsi que sa miséricorde et sa magnanimité.

Il y a un temps où pardonner est bien, un temps donc où IL FAUT pardonner. Mais il y a un temps où continuer de pardonner devient un crime! Un crime contre tous ceux que le Diable et les psychés de Négation comme celles de beaucoup de français font souffir en France et dans le monde. La "messe est donc maintenant dite" et bien dite. Le compte à rebours a commencé pour la France et pour ce monde. Le reste est une simple question de temps...

Voir aussi...