Couleur de U selon la catégorie

Nous voyons les choses telles qu'elles sont dans le Néant,
et nous les prenons pour les choses telles qu'elles sont dans l'Existence.
Mais puissent les choses telles qu'elles sont dans le Néant
nous servir à connaître les choses telles qu'elles sont dans la vraie Existence, la vraie Vie:
l'Univers TOTAL, la Réalité TOTALE, l'Ensemble de toutes les choses.
Nous ouvrons donc un Nouveau Paradigme: la Science de l'Univers TOTAL,
la Science de l'Existence, de l'Etre, de l'Univers-DIEU, l'Alpha et l'Oméga.

Vous êtes ici  >  Accueil : U_Science  >  U_Psychologie  >  Cette contrefaçon de l'Esprit de la Vérité qu'e...  >  Daniel, l’eX Twitter et les Belshazar du troisième millénaire

Daniel, l’eX Twitter et les Belshazar du troisième millénaire

Aux forces occultes, démoncrates, derrière les rideaux de eX Twitter, « mené mené teqel uparsin »

Les Belshazar de notre temps ont été pesés dans la balance de Dieu et on été trouvés insignifiants...

Aux forces occultes, démoncrates, derrière les rideaux de eX Twitter, « mené mené teqel uparsin »

Article basé sur un Tweet de Hubertelie:
https://twitter.com/AbliBouyo74535/status/1694905587392225688

Voir aussi: La Everything App X est-elle l’amie de la Science de X, de toutes les choses?
Et: Tout est, ou doit être, au service de Dieu l’Univers TOTAL


Et je cherche ma coche bleue qui m’a été enlevée aujourd’hui 24 août 2023 (en fait j'apprendrai plus tard que c'est parce que j'ai changé mon image de profil, et dans ce cas on perd momentanément sa coche bleue, ce que je ne savais pas...).

Est-ce parce que moi, l’Oiseau Bleu de l’Esprit de la Vérité je suis triste depuis que eX Twitter me montre qu’il ne veut pas de ma Science de X?

https://twitter.com/AbliBouyo74535/status/1692596133925904629

Est-ce à cause de mon nouveau visuel de bannière et mon équation dont la solution est: X = 0?

Qu’on me laisse expliquer un peu le sens de cette équation. Cela ne vise pas en fait ni le eX Twitter ni le présent X, mais les forces occultes, démoncrates, qui sont clairement derrière, essaient d’en reprendre le contrôle total, de brider la liberté d’expression à peine retrouvée des oiseaux.

Ce sont ces forces des ténèbres qui censurent à tout va sur Facebook, sur Youtube, les grandes plateformes des GAFAM. Ce sont les forces rothschildo-talmudo-mondialistes, et j’explique à tout bout de champ qu’il ne faut plus, à partir de maintenant, confondre d’une part la Torah, le Tanakh (ou Bible hébraïque couramment appelée l’Ancien Testament), et qui sont le fondement du vrai judaïsme, de l’Essence juive, la vraie, avec d’autre part le pharisaïsme, le judaïsme déviant (voir Matthieu 15: 3-9: 23: 1-39), qui a livré Jésus de Nazareth le vrai Messie, l’unique, annoncé par les prophètes, pour être crucifié (Matthieu 27: 15-26; Jean 19: 8-22).

C’est le pharisaïsme qui est connu de nos jours comme étant le judaïsme talmudique ou rabbinique. Il faudrait juste l’appeler le talmudisme, pour éviter cette confusion très savamment entretenue entre le judaïsme et le talmudisme (ou pharisaïsme).

De nos jours, dès qu’on dit « juif » ou « judaïsme » les gens pensent aussitôt au talmudisme, ce qui est aussi FAUX que de dire que les mots « Jésus », « Christ » ou « christianisme » sont automatiquement synonymes de catholicisme.

Les prophètes du Tanakh ou Bible hébraïque, à commencer par Moïse, jusqu’à Jean-Baptiste, en passant par Isaïe, Jérémie, Ezékiel, Daniel, etc., sans parler d’Elie, Elisée, etc., n’étaient pas talmudistes! Bien au contraire, depuis la Torah avec la condamnation du culte du Veau d’Or, de Baal, de Moloch, de Mamon, etc., tout au long du Tanakh ou Bible hébraïque les prophètes ont condamné les traditions juives et israélites déviantes, et ont été envoyés justement pour ramener sur la bonne voie, au vrai Dieu donc.

Et les prophètes étaient tués pour ça justement. Elie par exemple, parce qu’il a éliminé en Israël le culte de Baal, et pour cela il était menacé de mort, et il a dû fuir vers la montage du vrai Dieu, où la Torah fut donnée à Moïse pour plaider sa cause.

L’idéologie coupable de ces déviances, de ces cultes sataniques, du crime contre les prophètes chargés de ramener Israël au vrai Dieu, est précisément la tradition déviante qui, au temps de Jésus, il y a 2000 ans donc, était principalement connue comme les pharisiens. C’est ce que le prophète Jésus leur dit en Matthieu 15: 3-9: 23: 1-39, prophète qui, comme ses prédécesseurs voulait les ramener sur la bonne voie, celle de la Torah, du Tanakh.

Relire Mathieu 23: 29-39 pour constater la manière dont il déplorait que les pharisiens reproduisent les même péchés que leurs prédécesseurs, qui allaient encore entraîner les mêmes conséquences. Et notamment les exils du peuple juif. Ces déviances et cultes sataniques, le refus d’écouter l’avertissement des prophètes, l’assassinat des prophètes qui disaient la vérité qui les dérangeait, etc., ont entraîné le grand exil à Babylone vers l’an 600 avant Jésus Christ.

Alors que la Torah est claire par exemple en Deutéronome 30: 15-20, elle dit que si Israël n’abandonnait par la Torah pour pratiquer les cultes sataniques des peuples de Canaan que le vrai Dieu chassait pour leur donner leur terre, qui est la terre qui leur avait été promise, oui s’ils ne commettaient pas ce péché contre la Torah et YHWH (ou Yahvé) le vrai Dieu, il n’auraient jamais à quitter la terre promise, car Dieu combattrait toujours pour eux, et contre leurs ennemis qui voudraient les chasser de la terre promise.

D’où maintenant la question: pourquoi l’exil à Babylone, que le Tanakh rapporte dans les prophéties de Jérémie, d’Ezékiel et de Daniel? La réponse se trouve par exemple dans les chapitres 39 à 51 de Jérémie, mais aussi les Lamentations de Jérémie. Ces textes montrent aussi un exemple de persécution et de torture d’un prophète.

Et en Jérémie 7: 31, il montre l’abomination commise par les habitants de Judée (qui sont les juifs au sens propre, mais par extension le mot « juif » s’applique à tous les israélites), abomination qui consiste à sacrifier des enfants à Moloch la divinité cananéenne du feu. C’était donc un culte satanique.

Mais c’est ici qu’une importante question se pose: qui faisaient ces choses horribles? Etait-ce tous les juifs ou tous les israélites? Pas du tout!

Car Jérémie lui-même était lui aussi un juif ou un israélite, mais non seulement il ne pratiquait pas ce culte satanique, mais il condamnait cela, d’où les souffrances qu’il va subir de la part des déviants. La logique est toujours la même à toutes les époques de l’histoire d’Israël, et ce n’est ni plus ni moins que ce qui se passait au temps de Jésus, en qui d’ailleurs beaucoup voyaient un nouveau Jérémie.

Et maintenant une autre question très pertinente: plaçons-nous à l’époque de Jérémie par exemple, et que dirions-nous si des gens prétendaient que les coupables de toutes ces déviances auxquelles s’opposait le prophète, étaient des pratiquants du judaïsme? Il est clair que non, il pratiquaient justement tout le contraire du judaïsme, et le but du prophète est de les ramener au vrai judaïsme!

Il est très important de comprendre cet exemple, car depuis le culte du Veau d’Or avec Moïse, jusqu’à nos jours au troisième millénaire, le temps de toutes les idolâtries et satanismes modernes (comme l’idolâtrie hollywoodienne, le pédo-satanisme, et tous les scandales à la Jeffrey Epstein et autres, qu’on étouffe, mais qui sont de plus en plus difficiles à étouffer), en passant par le culte de Baal avec le prophète Elie (voir 1Rois chapitres 17 à 20), et le culte de Moloch mais aussi d’autres divinités cananéennes comme par exemple Astarté, le culte de César, le sacrifice de Jésus et des apôtres à l’empire romain, etc., c’est toujours la même logique: les déviants persécutent, censurent, voire assassinent ceux qui disent la vérité, dénoncent le MAL qu’ils SONT et FONT!

Depuis 2000 ans, après la mission du prophète Jésus de Nazareth, le Messie, le modèle que nous montre la Torah et le Tanakh, est devenu universel, mondial, passage à l’universalité qu’avaient annoncé des prophètes comme Isaïe 2: 2-4, ou encore Osée 1: 10. Ils disent qu’on ne fera plus la distinction entre juifs et non juifs, comme le Talmud continue à le dire.

Oui la notion tribale et ethnocentrique du judaïsme et de la judéité, alors que le but clairement énoncé dans le Tanakh ou Bible hébraïque ou Bible juive, était tout simplement qu’Israël devienne un petit modèle pour toute l’humanité, le grand modèle! Quel privilège extraordinaire que d’être le peuple choisi par Dieu, pour être le peuple de la Torah, du Tanakh, de la révélation divine, pour montrer à toute l’humanité créée par Dieu mais déchue à cause de Satan (voir dans le premier livre de la Torah ou Genèse 3: 1-24), oui montrer à l’humanité la voie du retour dans le paradis perdu?

C’est le talmudisme ou le pharisaïsme et ses déviances qui accomplit ce programme de l’universalité? Evidemment que non, cela se saurait!

Bien au contraire, c’est cette idéologie qui a de tout temps égaré Israël, qui lui a causé le premier exil à Babylone vers l’an 600 avant Jésus, et qui, après l’assassinat de Jésus de Nazareth le vrai Messie, l’unique, a vu son temple de Jérusalem détruit par les romains en l’an 70, a encore été puni par un exil depuis cette date (Matthieu 23: 37-39; 24: 1-21; Luc 21: 20-24). Cet exil continue spirituellement, car le retour en terre d’Israël en 1947 n’a pas été fait selon les conditions divines énoncées par Jésus, mais est l’oeuvre des Rothschild, des Rockefeller, des grandes lignées de familles talmudiques.

Ces lignées dont les origines lointaines remontent aux familles royales juives et israélites déviantes, satanistes, qui avec les prêtres, les enseignants (ou rabbins) et les prophètes déviants, ont de tout temps égaré Israël. C’est avec eux que les prophètes ont toujours eu fort à faire. Après la disparition du temple de Jérusalem en l’an 70 et la grande diaspora et exil juif qui dure depuis 2000 ans, ce sont eux et leur idéologie pharisaïque ou pré-talmudique, qui sont devenus la norme chez les juifs.

Je dis cela vite pour simplifier, car après le premier exil, celui à Babylone vers l’an 600 avant Jésus Christ, il y a eu à Babylone un foyer de la noblesse juive déviante, ceux qui ont justement égaré le peuple et ont été la cause de cet exil. Tous ne sont pas revenus de ce premier exil, leurs doctrines sont au fil du temps devenues ce qu’on appelle le Talmud de Babylone. Et beaucoup de ceux qui sont revenus d’exil et ont résidé à Jérusalem n’ont pas forcément renoué avec le vrai judaïsme. Ils sont quant à eux la racine du pharisaïsme, auquel Jésus était confronté en son temps.

Après la destruction du second temple en l’an 70, qui marqua le début du second exil (celui qui dure depuis 2000 ans donc, même si théoriquement les juifs sont revenus en Israël en 1947) les deux Talmud, celui de Babylone et celui de Jérusalem, ont en quelque sorte fusionné pour constituer un grand ensemble des traditions appelé le Talmud, et que l’on considère à tort comme étant le vrai judaïsme.

Comme le vrai judaïsme a disparu avec le second temple et que son Essence ne se trouve plus que dans la Bible (le Tanakh ou « Ancien Testament », et le Nouveau Testament), la déviance qu’est le talmudisme ou le pharisaïsme a eu tout le boulevard devant elle pendant 2000 ans, pour se présenter comme étant le « judaïsme », ce que le monde entier croit jusqu’à présent.

C’est vite schématisé, car, si l’on veut rentrer dans plus de détails, il y a aussi la question des interférences pendant des siècles et des millénaires de ces traditions déviantes avec certaines civilisations. L’une des plus importantes est celle des khazars, une civilisation de la Caucasie, du VIe au XIIIe siècle après Jésus Christ. Une histoire complexe, sans laquelle on ne comprendrait pas non plus ce qu’on appelle de nos jours les « juifs » et leurs traditions appelées le Talmud. Celle-ci est prise pour le livre du judaïsme alors qu’en réalité l’unique livre du vrai judaïsme est le Tanakh ou Bible hébraïque ou Bible juive, dont les cinq premiers livres sont ce qu’on appelle la Torah. C’est tout.

Ne vous laissez plus égarer par les confusions savamment entretenues, qui consistent très souvent à rendre synonymes Torah et Talmud, ou Tanakh et Talmud, ce qui est aussi faux que de rendre synonymes la Bible et le Missel catholique.

Le talmudisme s’est accaparé la judéité pour en faire une exclusivité, de sorte qu’être « juif », c’est-à-dire « pratiquant du judaïsme », c’est être talmudiste. Et tout cela se confond allégrement avec la notion ethnique de juif, de sorte que critiquer tout ce qui a trait à l’idéologie talmudique, c’est être « antisémite ». Dans ce cas Moïse et les prophètes étaient tous antisémites, car tous ont combattu la déviance. Et Jésus et les apôtres, tous des juifs, étaient antisémites aussi. D’ailleurs Jésus a été accusé d’être ennemi du peuple juif, et il a été crucifié pour cela. Et son disciple Etienne a été lapidé pour la même raison (voir Actes chapitre 7).

« Mené mené teqel uparsin »

Qui a renié YHWH le vrai Dieu, le Dieu de la Torah, du Tanakh, et a fait de Lucifer ou Satan son « dieu », s’est voué au même sort que le roi babylonien Belshazar, vers qui le vrai Dieu envoya le prophète Daniel, lui interpréter le verdict qu’une main à écrit sur le mur: « Mené mené teqel uparsin ». Et cela pour lui dire qu’il a été pesé sur la balance et a été trouvé insignifiant devant Dieu. Autrement dit, de valeur zéro. Et son royaume sera divisé et donné aux Mèdes et aux Perses ».

Aujourd’hui, au troisième millénaire, les choses se sont inversées, les esclaves d’hier sont les bourreaux d’aujourd’hui, et les bourreaux et antisémites d’hier, comme par exemple Belshazar (autrement dit les nations non-juives ou non-israélites), sont les esclaves d’aujourd’hui, le peuple universel de Dieu qui doit être libérés des nouveaux pharaons du Nouvel Ordre Mondial talmudo-maçonnique, les adorateurs de Lucifer.

Après avoir tué des prophètes de par le passé (Matthieu 23; 29-39), ils ont livré à la puissance romaine Jésus le Messie ou Yeshoua le Machiah, l’unique Machiah annoncé par les prophètes, oui ils l’ont livré il y a 2000 ans pour être crucifié (Matthieu 27: 15-26; Jean 19: 8-22). Ils ont sacrifié donc le Messie à Satan incarné par Rome et César, pour pouvoir s’asseoir sur le trône de César désormais, et c’est le cas jusqu’à nos jours. Quand Pilate leur a demandé: « Devrais-je crucifier votre roi? » ils ont répondu: « Nous n’avons de roi que César » (Jean 19: 8-22). Ce faisant, ils ont abandonné le royaume de Dieu pour le royaume du monde. Autrement dit, ils ont mis Dieu ou l’Esprit de Dieu au service de la matière. Ce sont eux donc qui ont défié Dieu en défiant son Fils, le Messie.

Tous ceux qui, peu importe leur race, leur peuple, donc y compris les juifs dans la chair, croient en Jésus, le Messie deviennent le nouveau peuple élu, le nouvel Israël (Jean 3: 16; Romains 2: 27-29; Galates 6: 16), la Nouvelle Jérusalem (Hébreux 12: 22-24; Apocalypse 21: 1-7). Mais ceux qui persistent dans leur Négation, dans leur révolte contre le vrai Dieu et ses envoyés, deviennent les nouveaux pharaons, les nouveaux Belshazar, le nouveau César, etc. C’est à eux que s’applique cette sentence « Mené mené teqel uparsin ». Autant dire que les pharisiens qui ont livré Jésus pour être crucifié, et leurs successeurs d’aujourd’hui les talmudistes, ainsi que leurs maîtres les Rothschild, qui règnent sur le monde, sont les nouveaux pharaons, les nouveaux Belsahazar, etc. A moins de se repentir du crime contre le vrai Dieu, contre le Machiah et contre l’humanité, de faire Techouva et donc retrouver la Paix avec le vrai Dieu, YHWH, l’Univers TOTAL, l’Etre TOTAL, l’Alpha et l’Oméga.

La porte est toujours ouverte, mais ce sont eux qui la ferment, et chaque jour toujours plus, par leur idéologie talmudo-maçonico-luciféro-satanique. Et par leurs actions qu’ils mènent dans le monde, persuadés qu’ils sont, qu’ils peuvent gagner contre le vrai Dieu. Tant que les gens ne faisaient pas la différence entre le talmudisme (ou le pharisaïsme) et le vrai judaïsme, biblique, ou entre les juifs en général et cette catégorie spéciale de juifs qui ont renié l’Essence juive tout en monopolisant la judéité, ils pouvaient se livrer à leur sempiternelle manoeuvre accusatoire d’antisémitisme, contre toute personne qui dit la vérité sur leur idéologie et actions mauvaises, l’idéologie de racine talmudique donc.

Proposition de loi antichrétien

Moshe Gafni et Yaakov Asher, deux députés talmudistes ultra-orthodoxes,
qui ont récemment déposé un projet de loi pour punir de peine de prison
toute personne qui prêcherait Jésus sur le territoire d’Israël.
Prêcher en Israël celui qui il y a 2000 ans a prêché l’amour du prochain,
serait pire que d’être un bandit, un voleur, un menteur, un méchant, un Barrabas!

Il y a 2000 ans, leurs prédécesseurs ont préféré que Pilate libère Barrabas un bandit,
mais crucifie Jésus de Nazareth, un prédicateur d’amour et de paix (Jean 19: 8-22).
Et 2000 ans après, c’est la même logique:
prêcher Jésus mérite la prison, mais pas d’être des méchants comme ces deux députés.

Les méchants comme eux donc, aux antipodes de l’amour, ils peuvent circuler!
Mais prêcher Jésus sur sa terre de naissance il y a 2000 ans, là c’est un crime!
Mais heureusement que Benyamin Nétanyahou, malgré ce qu’on peut lui reprocher,
a mis son véto contre cette immonde proposition de loi.
Mais cela peut n’être que partie remise, car le démon veille…
Pour plus de précisions, voir:
Israël: pression des ultra-orthodoxes versus réveil de la jeunesse israélienne

Fort heureusement tous les talmudistes ne sont pas extrémistes comme cela.
Mais il n’empêche qu’il y a un problème de fond
qui plane sur Israël depuis 2000 ans comme une malédiction qu’il faudra lever.

Un talmudiste, même modéré comme par exemple Haïm Dynovisz auquel je fais souvent référence,
ne peut pas vraiment condamner des cas extrémistes comme ceux-là,
puisqu’il partage avec eux le problème fondamental qui est le crime sur Jésus de Nazareth.
Eux incarnent ce crime de la manière brute.

Mais il s’agit du crime du talmudisme ou pharisaïsme,
et être un visage de la forme modérée d’un crime ne transforme pas ce crime en vertu.
Pour le dire autrement, si des gens comme ces deux députés sont des démons antichrists,
les rabbins comme Dynovisz sont dans le meilleur des cas possédés par ces démons,
ou possédé par le démon qui est l’esprit du Talmud, que ces personnages incarnent bien.
A un moment il faut se libérer de ces démons, de l’égrégore qu’il est,
sinon on partage éternellement les crimes de ce démon.

Distinguez à présent les vrais juifs (les prophètes, Jésus, les apôtres, etc., et nous aujourd’hui, juifs au sens spirituel), avec ces gens qui, bien que pouvant être des juifs physiquement parlant, sont les premiers ennemis des juifs, et notamment leurs chefs au sommet de la pyramide du monde:

Le Serpent, le vrai Ennemi des vrais juifs et de l'humanité

Pour plus de précisions, voir: Le Serpent le vrai ennemi des vrais juifs

Ils sont donc assis sur le trône de Satan depuis qu’ils lui ont sacrifié Jésus le Messie, il y a 2000 ans donc. Ils incarnent collectivement Satan, tout simplement, ils sont la synagogue de Satan, comme le disent Apocalypse 2: 9 et 3: 9. Ils gouvernent TOUT dans ce monde, la science, la politique, l’économie, la religion, oui tout! Ce sont donc eux qui contrôlent les médias, les réseaux sociaux, censurent à tout va toute vérité qui les dérangent. Ils ont été pesé dans la balance et ont été trouvés valant zéro comparé au vrai Dieu.


Dans la logique biblique donc, l’homme s’élève sans cesse vers Dieu sans chercher à l’égaler c’est-à-dire rivaliser avec lui. A plus forte raison de vouloir le dominer, être donc supérieur à lui. Supérieur dans ce monde, bien sûr, et pas dans l’absolu, car dominer Dieu est impossible dans l’absolu.

Hubertelie, le 25/08/2023

Menu de la rubrique

Cliquez ici pour revenir au début de la page.